Nouvelles recettes

Cuisine fusion, préparée avec goût

Cuisine fusion, préparée avec goût



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Nous savons ce que vous pensez probablement : Groan - pas un autre livre de cuisine d'inspiration sud-est asiatique/latine/indienne (avec de lourdes citations autour d'"inspiré"). Mais celui-ci est différent, promis.

C'est parce qu'Angelo Sosa est au volant cette fois. Sosa, de Excellent chef célébrité, est tout aussi susceptible (sinon plus) d'être un nom familier que ses mentors Alain Ducasse et Jean-George Vongerichten. Ensuite, ajoutez cette routine grande, sombre et belle et ce n'est pas un visage que personne n'oubliera.

Mais ce n'est pas seulement un joli visage; Sosa se trouve également être un chef talentueux, et il vise à démontrer ce que ses mentors légendaires lui ont appris avec son premier livre de cuisine, Saveur exposée, une visite éclair du palais humain englobant certaines des merveilleuses sensations que la nourriture a à offrir - sucré, salé, fumé, amer, acide, épicé, terreux, noisette et, bien sûr, celui qui fait fureur - umami. Astucieusement, c'est ainsi que Sosa a choisi d'agencer les recettes de ce livre ; chaque chapitre se concentre sur l'une de ces saveurs.

Mais ne pensez pas que cette liste est exhaustive. Dans l'introduction du livre, Sosa souligne également que de nombreuses autres saveurs sont présentes dans ses recettes et dans les aliments en général - les ingrédients peuvent être acides, herbacés, astringents et floraux, dit-il, pour ne citer que quelques exemples. De toute évidence, c'est un homme avec un palais talentueux.

Et il met ce palais à bon escient. En développant ses recettes, Sosa s'inspire généralement d'un seul ingrédient, essaie de penser à d'autres saveurs qui le compléteraient et traque ces ingrédients. Alors que de nombreux autres cuisiniers essaieraient d'incorporer trop d'éléments dans un plat, Sosa se limite à un trio de saveurs principales - comme avec son Salade de papaye verte, qui mène avec la papaye verte amère, le tamarin confit sucré et le citron vert aigre. Rien de plus que cela, et les saveurs se perdraient tout simplement.

Cette concentration combinée à la retenue est démontrée à maintes reprises tout au long du livre, avec des recettes comme des côtes courtes braisées avec du miel de citronnelle et du poulpe carbonisé avec de l'huile de chorizo ​​et des oignons marinés au jalapeño. C'est ce qui distingue la cuisine de Sosa de celle de tant d'autres qui s'essayent à intégrer les saveurs du monde dans leur cuisine et échouent. Sosa, dit Ducasse, "sait être fidèle à cette inspiration mais comment incorporer diverses autres influences pour satisfaire les palais occidentaux et urbains" et "a si bien maîtrisé son art qu'il peut jongler avec tous ces éléments variés et ne jamais tomber dans le piège de créer de la nourriture « de confusion » - ce qui est ce que beaucoup de nourriture de fusion finit par être.

Et si quoi que ce soit, l'approbation retentissante du livre par Vongerichten témoigne du sérieux de Sosa en matière de fusion réussie; après tout, Vongerichten n'est pas étranger à la cuisine fusion lui-même, avec un restaurant dans le Meatpacking District de New York, Marché aux épices, c'est un hommage très réussi et de bon goût à ses propres voyages à travers l'Asie du Sud-Est. Vongerichten pense que Sosa « fait preuve d'une compréhension approfondie de la complexité grâce au concept de simplicité », ce qui signifie que ses recettes sont « conçues de manière à permettre aux goûts contrastés de se compléter et de s'améliorer, créant une explosion de saveurs à chaque bouchée ».

Si vous voulez vous essayer à la fusion, il y a une carte des saveurs pratique dans le livre qui contient des exemples d'ingrédients courants et exotiques qui correspondent aux principales saveurs discutées dans le livre. Envie de quelque chose d'épicé ? Essayez le wasabi, le gochujang ou le piment sancho. Ou peut-être avez-vous envie de quelque chose de terreux – alors cherchez de la cardamome noire, du poivre turc ou même du curcuma. Quand tout est tracé, il est difficile de ne pas partager l'enthousiasme de Sosa pour les saveurs exotiques.

En fin de compte, la création de n'importe quel plat, pas seulement des plats de fusion ambitieux, consiste à comprendre la saveur. Et avec son style accessible et ses recettes faciles à suivre, l'expertise de Sosa pourrait aussi déteint sur vous.

Salade de Papaye Verte avec Vinaigrette de Tamarin Confit
La salade de papaye verte est un indicateur utile de la qualité d'un restaurant thaïlandais - essayez la version ludique de Sosa, qui propose de nouvelles saveurs dans ce classique bien-aimé.

Nouilles de sarrasin réfrigérées avec bouillon de tamarin aigre-doux
Envie d'avoir les saveurs de la soupe aigre-douce chinoise et des nouilles coréennes réfrigérées dans un seul plat ? Ne cherchez pas plus loin que cette recette.

Tartare Vietnamien de Boeuf Secoué
Sosa pousse la connexion française un peu plus loin avec sa version d'un plat vietnamien qui était à l'origine - vous l'aurez deviné - d'inspiration française.

Will Budiaman est l'éditeur de recettes chez The Daily Meal. Suivez-le sur Twitter @WillBudiaman.


Arroz Chaufa de Pollo : Riz frit sino-péruvien appétissant

Apprenez à cuisiner Arroz Chaufa de Pollo ou Riz Frit Péruvien, l'un des plats les plus populaires du Pérou et un exemple de délicieuse cuisine fusion sino-péruvienne.

De nombreux plats péruviens sont nés comme une cuisine fusion, le mélange d'ingrédients de différentes régions ou pays. Chaque plat a une histoire à raconter sur son parcours du berceau à la table. L'histoire derrière arroz chaufa de pollo, le repas de riz frit péruvien immensément populaire avec du poulet, des légumes et de la sauce soja, est bien documenté, mais reste incroyablement intéressant. À peine une âme au Pérou refusera une assiette fumante de chaufa, qu'il soit préparé dans l'un des nombreux chifa restaurants ou sautés à la maison. Découvrons comment ce plat de riz a obtenu sa place de choix dans la cuisine péruvienne, puis essayez vous-même ce riz frit facile mais très savoureux !

Origines d'Arroz chaufa de pollo

Ce plat est probablement l'aliment le plus consommé de la Cuisine fusion sino-péruvienne connu comme chifa. Après l'abolition de l'esclavage au milieu du XIXe siècle, les propriétaires de plantations et les gestionnaires des entreprises naissantes de l'industrie du guano ont cherché un autre moyen d'obtenir une main-d'œuvre bon marché. Ils ont regardé à l'étranger.

Environ 100 000 immigrants chinois, principalement des hommes cantonais, ont été tentés de s'installer au Pérou pour vivre et travailler. Ces personnes travaillaient dans des conditions de travail très dures, liées par un contrat contraignant de 8 ans avec les propriétaires de plantations. Après la fin de leur contrat, ils étaient libres de choisir de continuer à travailler ou de s'installer ailleurs. C'est dans ces conditions sinistres que arroz chaufa de pollo a d'abord été préparé par les immigrants chinois eux-mêmes.

Les ouvriers étaient payés en partie avec des sacs de riz, qu'ils combinaient avec sauce soja et tous les légumes ou morceaux de viande qu'ils pourraient trouver. Il est peu probable qu'à cette époque, le repas comprenne de la poitrine de poulet. Le poulet était une viande chère et très convoitée à l'époque. Il est plus probable qu'ils aient utilisé des restes de porc, de bœuf ou d'autres viandes.

L'origine du nom du plat vient aussi tout droit du cantonais, puisque chaufan signifie littéralement « riz frit ».

Une pierre angulaire de la cuisine péruvienne traditionnelle

Une fois leurs contrats de 8 ans terminés, de nombreux travailleurs se sont installés dans les grandes villes et ont ouvert des restaurants dans le but de gagner leur vie. Ces restaurants s'appelaient Chi Fá, ce qui signifie « manger du riz » en cantonais, car le riz faisait et fait partie intégrante de leur gamme de plats.

Chifa gagné en popularité et le nom survit à ce jour. La cuisine fusion sino-péruvienne continue de plaire aux palais locaux et internationaux.

Outre les plats vendus dans les restaurants chifa, les immigrés asiatiques ont également influencé la cuisine locale avec de nouvelles méthodes de préparation (sauter au wok) et des ingrédients. La sauce soja et le gingembre sont désormais des ingrédients importants de nombreuses autres recettes péruviennes. Le riz est un aliment de base présent dans la plupart des recettes.

Calle Capón : le berceau du restaurant chifa

Il y a plus de 6000 restaurants chifa à Lima et plusieurs milliers disséminés dans le reste du Pérou, mais un endroit offre le plus authentique arroz chaufa de pollo vivre. Calle Capón, connu sous le nom de Chinatown péruvien (Barrio Chino), s'étend sur quelques pâtés de maisons du centre de Lima. Quartier préféré de nombreux immigrants chinois à Lima, c'est pratiquement le lieu de naissance de Cuisine sino-péruvienne et l'emplacement des premiers restaurants chifa. Le quartier a traversé beaucoup de hauts et de bas au cours des 150 années écoulées depuis que les premiers immigrants courageux ont ouvert les portes de leur restaurant. Le barrio est maintenant un quartier animé et animé.

Descendre la Calle Capón est un véritable voyage pour les sens grâce aux incroyables arômes émanant des nombreux restaurants.

Si vous aimez la cuisine fusion asiatique, consultez notre guide de la cuisine fusion japonaise péruvienne Nikkei

Variantes de arroz chaufa

Aujourd'hui, nous partageons la recette de arroz chaufa de pollo, mais c'est un plat incroyablement polyvalent qui peut être facilement modifié pour répondre à différents besoins et préférences. Nous pouvons remplacer le poulet par du bœuf, du canard, du porc, du poisson, des fruits de mer ou des champignons et des légumes supplémentaires pour une version végétarienne.

N'oubliez pas que c'est aussi une excellente façon d'utiliser les restes de riz blanc cuit de la veille !

Astuce pour les gourmands de voyage: Lors de la commande de nourriture dans un restaurant chifa, arroz chaufa est souvent commandé en accompagnement. Mais il fonctionne aussi très bien consommé seul puisqu'il contient déjà des protéines, des légumes et, soyons honnêtes, beaucoup de glucides.


Incorporer de nouvelles idées est plus facile lorsque vous adaptez ce que vous savez. Si vous suivez une recette exactement la première fois, vous comprendrez pourquoi de petites méthodes doivent être suivies d'une manière particulière. Ensuite, vous pouvez réfléchir à ce que vous aimeriez faire différemment. Prenez la soupe au potiron. Vous faites frire les oignons et les poireaux, ajoutez la crème. Pourquoi ne pas ajouter un peu de gingembre, de cardamome et de crème de noix de coco à la place, et finir avec des piments frits hachés et du gingembre croustillant sur le dessus ? La philosophie est la même &mdash faire sauteré stuff, ajouter du liquide, laisser mijoter. C'est ce que vous ajoutez entre les deux qui le fait passer d'un plat classique à quelque chose de nouveau.

Par exemple, vous envisagez d'utiliser un citron. Comment va-t-il contribuer? Voulez-vous l'acide ou l'arôme? Pour l'arôme, vous pouvez essayer le zeste de citron, la citronnelle ou la verveine citronnelle. Si vous voulez de l'acide, voulez-vous spécifiquement une saveur d'agrumes ? Vous pouvez également essayer des citrons verts, des mandarines, des oranges ou des pamplemousses. La mélasse de grenade est également souvent assez acide et piquante, et le tamarin peut égayer magnifiquement un plat. (Le tamarin peut sembler exotique, mais c'est en fait l'un des principaux composants de la sauce Worcestershire.)


Nouvelles tendances de la fusion alimentaire

La sauce de soja fournit une note de saveur umami qui peut connecter plusieurs palettes de saveurs ethniques, comme avec les enchiladas de porc tikka masala indien-rencontre-chinois-mexicain.
SOURCE : Kikkoman USA Inc. (www.kikkoman.com)

Qu'il s'agisse de fusionner, d'écraser ou de casser, les développeurs de produits doivent « marcher sur une corde raide culinaire » pour s'assurer que la formulation qui en résulte n'est pas trop compliquée pour les consommateurs.
SOURCE : McCormick & Company, Inc. (www.mccormick.com)

Les ingrédients universels, tels que les œufs, constituent un pont familier et facilitant entre des styles culinaires plus nettement différenciés.
SOURCE : American Egg Board (www.aeb.org)

Les experts en saveurs et les culinologues ont contribué à faire de la &ldquoFood Truck fusion&rdquo le courant dominant grâce à l'utilisation astucieuse de composants de saveur disparates.
SOURCE : Bell Flavours & Fragrances Inc. (www.bellff.com)

Les formules de desserts ne sont pas exemptes de la tendance fusion, comme en témoigne l'infusion d'épice chai indienne dans un flan mexicain classique.
SOURCE : McCormick & Company, Inc. (www.mccormick.com)

Au cours des 20 dernières années, des « retombées de saveurs » ont recouvert les États-Unis. Les cuisines et les saveurs traditionnelles ont été infiltrées et infusées par une pincée de notes de saveur d'autres cultures. En conséquence, les consommateurs américains ont adopté une variété de cuisines ethniques et leurs saveurs, plus elles sont authentiques et, dans certains cas, plus exotiques, mieux c'est.

Ce qui était étrange est devenu une « découverte ». Que ce soit Sriracha pour sa chaleur douce et sucrée ou ses poivrons fantômes pour son feu brûlant, les consommateurs américains sont tout à fait nouveaux et différents. Mais, étant américains, ils sont également poussés à ajouter leurs propres touches. Avec une demande accélérée par l'afflux continu de personnes du monde entier, la fusion de différents ingrédients et styles de cuisine commence à évoluer des cuisines des restaurants aux fabricants de repas et de collations conçus pour le grand public.

Certaines des dernières tendances alimentaires impliquées dans la contribution de leurs influences à cette transition incluent les saveurs latines du Mexique au Pérou. Harissa au sud péri-péri) et de la cuisine de rue de partout et de partout, en particulier de la Thaïlande et de l'intérieur du Mexique. Et, avec Cuba qui vient d'ouvrir, et de la goyave fleurie aux haricots noirs charnus aux plantains féculents et aux marinades et sauces piquantes, telles que mojo et sofrito.

Selon les recherches de l'American Egg Board (AEB), les cuisines étrangères sont devenues une « obsession nationale ». Se tenir au courant des tendances alimentaires est devenu actif plutôt que passif, les consommateurs se précipitant pour « suivre les tweets du meilleur brunch thaïlandais de la ville et diffuser toutes les émissions de Food Channel sur la cuisine régionale péruvienne ». L'AEB a noté que les consommateurs d'aujourd'hui « connaîtront l'horaire hebdomadaire de [leur] camion de petit-déjeuner de cuisine fusion préféré et Instagram chaque article [qu'ils] commandent au restaurant de hamburgers coréens qui vient d'ouvrir par ce célèbre chef ».

Jeune et affamé

Plusieurs problèmes sont à l'origine de cette tendance. Alors que les baby-boomers cèdent leur influence et leur impact générationnels aux Millenials, la foule des 35 ans et moins façonne maintenant la façon dont les gens pensent de la nourriture et des saveurs. Après tout, ce groupe démographique représente 25 % de la population américaine. De plus, c'est le groupe démographique le plus diversifié de l'histoire du pays, et le plus inclusif et le plus curieux, embrassant facilement les idées culturelles des « autres », du style de vie aux cuisines.

Les millennials ont également hérité de la fascination des baby-boomers pour la nourriture. Ils ont grandi avec une myriade de cuisines et une infinité de saveurs. Beaucoup de leurs repas familiaux étaient consommés à l'extérieur de la maison, plutôt qu'autour de la table à manger. Les connaissances sur la nourriture, la cuisine, les restaurants, les chefs et les médias sociaux (en ce qui concerne la nourriture) sont une seconde nature pour eux. Plus que jamais, la maîtrise de la nourriture s'impose même comme une exigence sociale et commerciale. Vous êtes ce que vous savez de la nourriture, pas seulement ce que vous mangez.

Les médias sociaux ont fourni un terreau fertile à la fois pour la connaissance des aliments et le mélange culinaire culturel. Instagram et Buzzfeed, avec son sous-groupe « Tasty », ainsi que la page Tastemade de Facebook (déjà quelque 2 millions de likes, sans compter Facebook/Tastemade Japan ou Tastemade Brazil ou l'une des autres pages nationales Tastemade) informent et éduquent les jeunes consommateurs sur les nuances culinaires à la vitesse virale.

Ces sources comprennent des vidéos pratiques de 30 secondes sur la nourriture, des recettes, des questions et réponses et d'autres ressources, ainsi que des discussions non-stop sur la nourriture. Et, dans toutes ces sources, un thème commun est celui des mélanges culinaires, tels que les pâtisseries au bacon jalapeño ou Quesadillas fait avec du pain de singe.

L'Association nationale des restaurants. a récemment rapporté que 90 % des exploitants de services alimentaires trouvaient que les consommateurs connaissaient mieux les aliments et accordaient plus d'attention à la qualité des aliments qu'il y a encore deux ans. Avec toute cette fusion alimentaire qui se produit dans les restaurants et les services alimentaires, la prochaine étape est de savoir comment elle se fraye un chemin dans les aliments préparés.

Dans les restaurants, les nouvelles cuisines fusion sont bien représentées par les produits du petit-déjeuner, selon l'AEB. On peut citer des articles en plein essor tels que les burritos aux œufs, les huevos rancheros et les chilaquiles qui ont des influences en dehors de l'Amérique latine.

D'autres exemples sont un canard laqué avec des œufs au plat, des oignons marinés, guajillo salsa, cotija (fromage à râper mexicain), crème et tortilla de maïs chez Zengo à Washington, DC Une connexion cubaine se trouve à Denver au Snooze Eatery dans son plat Havana Daydreaming, composé de porc fermier, de jambon émincé, de gruyère et de cornichons faits maison, couronné de un œuf au plat ensoleillé et nappé de sauce hollandaise de Dijon.

Encore plus exotique, l'AEB souligne le chou frisé braisé à la harissa avec du bacon d'agneau fumé au bois de pomme et des œufs au plat, servi au restaurant The Breslin à New York et l'approche de The Kenwood à Minneapolis de crevettes et de gruau de style coréen avec rampes, shiitakes , œuf poché et sauce de marque K-mama. Ou, il y a Caribbean-meets-Southern, dans un plat d'œufs sur des plats faciles, des plantains, des pois ragoût et du piment Scotch Bonnet, de Miss Lilly's à Soho.

Décider de mélanger deux ou plusieurs profils culinaires dans un même plat peut être audacieux, mais lorsqu'il est fait avec expertise, les résultats peuvent s'avérer être plus que la somme de leurs parties individuelles.

Attraper la vague

Les fabricants d'aliments préparés appliquent soigneusement des ressources pour interpréter cette vague d'intérêt pour une confluence de cuisines et de saveurs. Mais une telle interprétation pose des défis uniques.

Les convives dans un restaurant ou faisant la queue devant un food truck pourraient avoir le temps et l'envie de sortir sur un rebord culinaire pour essayer des boulettes de viande suédoises d'influence thaïlandaise servies sur un lit de quinoa bolivien avec une julienne de japonais nori. Mais ce même consommateur, en tant qu'acheteur, prendra-t-il le temps de digérer ce genre de produit de fusion tout en se précipitant dans une croisière rapide dans l'allée des aliments surgelés ?

Les experts ne sont pas encore sûrs de la réponse à cette question. Certains ont suggéré que les Millennials exigeront que les produits alimentaires préparés reflètent les mêmes choix de fusions et de mélanges de cuisines qu'ils aiment dans les restaurants et les food trucks.

D'autres pensent que les combinaisons sont trop complexes pour un acheteur pressé et pressé. Mieux vaut s'en tenir à « l'authenticité » ethnique dans les aliments préparés pour attirer les envies des consommateurs de nouveau et de différent, et/ou de plus sain, sans ajouter de confusion chronophage.

Pour mieux comprendre, les culinologues soulignent la nécessité de meilleures définitions de ce qu'est la fusion culinaire. "Le mot" fusion ", à certains égards, est l'autre" mot f "", déclare Andrew Hunter, chef R&D, auteur et mentor de la série de compétitions de Lifetime Television, Superstar du supermarché. « La « Fusion » est trop souvent devenue comme l'Edsel de l'industrie automobile, le résultat d'une mauvaise exécution. »

Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise idée quand on l'appelle par un autre nom. "Mash-up" est devenu le nouveau terme opérationnel pour la cuisine fusion, il est utilisé pour impliquer un mélange d'éléments disparates. Hunter préfère le mot « fracasser » pour décrire ce qui peut arriver avec une fusion réussie. Il attribue au chef Mark Miller l'invention du terme en relation avec la cuisine multiculturelle.

"Ce que j'aime dans l'idée de smashing, c'est que cela signifie superposer des saveurs disparates qui restent en totale harmonie", explique Hunter. « Un exemple classique de smashing », ajoute-t-il, « est l'approche adoptée par le chef américano-coréen Roy Choi. Célèbre pour avoir créé le camion à tacos gastronomique coréen Kogi, Choi est considéré comme l'un des fondateurs du mouvement des foodtrucks.

« Smashing consiste à découvrir deux ou plusieurs cuisines, l'une après l'autre, en une seule bouchée », ajoute Hunter. « Les tacos micro-régionaux de Kogi BBQ illustrent une forme de smashing, avec des tortillas de maïs mexicaines garnies de bœuf mariné coréen et de poitrine de porc, puis garnies de Kimchi et fini avec salsa verte. Les cuisines coréenne et mexicaine sont réunies dans une délicieuse composition appelée « Angeleno », c'est le multiculturalisme dans une assiette ! »

Défis de fusion

Certains experts estiment que, dans le domaine des aliments préparés, les consommateurs seront désorientés par la fusion. Alors que les consommateurs aiment les produits de la cuisine ethnique authentique s'ils sont exécutés d'une manière qui les rend compréhensibles et accessibles (et/ou plus sains), ils pourraient ne pas vouloir investir suffisamment de temps et d'efforts pour comprendre ce qu'est censé faire un mélange d'aliments préparés. être.

Pour de nombreux développeurs de produits, cela a été un défi suffisant pour aider les consommateurs à s'identifier à des produits préparés authentiques qu'ils peuvent acheter au supermarché. L'impulsion est de garder un produit de cuisine ethnique simple et compréhensible, sans sacrifier l'authenticité des saveurs.

Ces produits n'utilisent pas de termes, d'ingrédients ou de formulations considérés comme trop complexes et peu familiers. C'est l'état prédominant de nombreux produits dans les rayons des supermarchés aujourd'hui. Les produits « étrangers » sont balkanisés par nationalités et géographie : mexicains, chinois, italiens, grecs, etc.

Une grande attention est accordée à la durée d'attention des consommateurs. Lorsqu'il commande au restaurant ou fait la queue dans un food truck, le consommateur est plus détendu, même lorsque le format est fast-casual. Le cadre crée l'espace et prépare le terrain pour s'engager avec le concept et donc les éléments d'une préparation.

Pour la plupart des clients, il existe une curiosité intrinsèque pour le chef ou le cadre qui ouvre la voie à l'expérimentation et incline l'acheteur vers des attentes de saveurs nouvelles ou inhabituelles.

Dans le cadre d'un supermarché, cependant, le client est généralement en mode "dépêchez-vous", exécutant une corvée. Les consommateurs ne donnent souvent qu'un coup d'œil rapide à un produit. Si cela ne s'explique pas instantanément, ils pourraient ne pas être disposés à s'engager. La fenêtre pour attirer l'attention d'un client est étroite, et la plupart n'ont pas le temps ou l'état d'esprit pour s'ouvrir à des possibilités de restauration nouvelles ou inconnues.

« Une différence majeure entre un camion à tacos ou un restaurant et une gamme d'aliments préparés est le marché cible nécessaire », explique Jody Denton, chef de recherche exécutif pour Frito-Lay Inc. de PepsiCo. « Un restaurant ou un camion peut plaire à un population étroite et toujours occupé. Lorsque vous essayez de commercialiser un aliment préparé, la ligne doit avoir un large attrait pour une population générale. Lorsque vous commencez à être trop « » sur les saveurs, vous ne pouvez pas le commercialiser aussi largement que nécessaire. » Denton souligne à quel point de nombreuses grandes entreprises pourraient être réticentes à opter pour un marché de niche ou à adopter un plat « polarisant ».

Promesse de fusion

Malgré cela, les tendances se dirigent inexorablement vers des concepts de fusion, selon d'autres experts. Ils citent la façon dont les nouvelles cuisines ethniques sont passées rapidement des restaurants et des food trucks aux services alimentaires et aux plats préparés. Cependant, le rythme reste relatif. Les produits alimentaires manufacturés ont encore tendance à évoluer beaucoup plus lentement que même la restauration.

Pourtant, la cuisine fusion pour le grand public se produit. Nestlé USA Inc. a lancé Hot Pockets Food Truck Bites et Food Truck Sandwiches en juin de cette année. Ces produits surgelés ont été inspirés par des plats servis dans des food trucks avant-gardistes à L.A. et à Chicago, notamment Komodo, Baby's Burgers et Toasty Cheese Mobile Eatery. Un exemple, via le célèbre Lobos Truck de L.A., combine du poulet à la viande brune, des jalapeños, de la coriandre et du maïs avec une sauce épicée au gingembre et au citron vert dans un mini rouleau de printemps.

Emily Mundy, culinologue et nutritionniste pour CuliNex LLC, se décrit comme une Millennial typique qui est « totalement passionnée par la nourriture ». Mundy pense que sa génération s'attend à ce que les aliments manufacturés suivent les tendances plus rapidement. « Les enseignes de la distribution vont vraiment devoir accélérer et sortir de leur zone de confort », prévient-elle. « La clé est d'utiliser des saveurs tendance et authentiques d'une nouvelle manière. »

Expliquant davantage, Mundy souligne que les consommateurs « comprennent déjà les tacos, les pizzas et les burritos qu'ils n'ont pas à se soucier de ce genre de plats. L'utilisation d'un plat ou d'un format compris avec un profil de saveur différent combine la familiarité avec la nouveauté pour le « facteur de choc » et l'intérêt pour quelque chose qui n'a jamais été fait auparavant. » Elle propose une approche hypothétique de banh mih, le populaire sandwich vietnamien (déjà un mélange préfigurant des traditions culinaires françaises et indochinoises) comme modèle de saveur pour les tacos ou la pizza.

Se déplacer dans la zone

Pour les culinologues qui abordent la nouvelle cuisine fusion, il est utile de commencer par une plate-forme familière, la pizza par exemple. Ensuite, ajoutez quelque chose d'atypique, comme un crème couche et une garniture de canard laqué râpé et guajillo salsa. Pensez également aux genres qui se prêtent le mieux au mix-and-match : collations, assiettes partagées, apéritifs, petits-déjeuners et plats de rue.

Les bols sont des plates-formes naturelles pour les mash-ups et les wraps fracassants, les sandwichs (en particulier les sandwichs pour le petit-déjeuner), les pâtes, les burritos, les tacos, le houmous, les croustilles et le yogourt aromatisé avec des trempettes fonctionnent également. Particulièrement adaptable à ce style serait tout ce qui est mangé à l'improviste.

Ensuite, le chef peut envisager des ponts d'assaisonnement, tels que des sauces à l'ail, au lait de coco, à l'huile de sésame, au citron vert, au soja et à la sriracha. Ceux-ci sont assez traditionnels, assez uniques et maintenant assez familiers pour aider une formulation à passer des plats de restaurant et de food truck aux plats préparés. Lorsqu'il s'agit de produits alimentaires comme ceux-ci, les sauces mères sont le barbecue, le ranch et la sauce tomate pour pizza. Tous peuvent bien se marier avec des signatures ethniques. Par exemple, le hoisin (sauce barbecue de soja sucrée), avec ses cinq épices traditionnelles, se marie bien avec la tomate pour donner à un produit une signature de saveur asiatique.

Le chef Hunter reconnaît qu'il s'intéresse particulièrement à la façon dont le lait de coco peut faire le pont entre les cuisines. « Le lait de coco est mon ingrédient préféré ces derniers temps, car il est si polyvalent », dit-il.

Hunter reconnaît également être un grand fan de l'utilisation de certains des
ingrédients tendance du Moyen-Orient, tels que le houmous, comme base pour les combinaisons de fusion. De plus, les aliments de base méditerranéens, notamment l'huile d'olive, l'ail et le citron, peuvent être mélangés avec des épices spécifiques d'autres cuisines, comme le curry ou le
Mélange arabe de sept épices pour un profil complètement différent et, ainsi, une nouvelle identité.

Centre de la plaque

Les protéines du centre de la plaque sont également d'excellentes plates-formes pour la fusion. « Le poulet et les œufs sont d'excellents palais vides sur lesquels peindre des mash-ups », déclare Steve Solomon de l'AEB. « Aux États-Unis, nous avons également« poulet » la protéine animale la plus disponible au monde : le porc. »

Fondamentalement, tout plat ethnique qui utilise du porc peut remplacer le poulet. « Le poulet peut tout faire », convient Robert Del Grande, PhD, associé chez Schiller-Del Grande Management LLC, et chef exécutif et propriétaire du Café Annie. "Parce que c'est une excellente base pour beaucoup de saveurs, il est économique de le rendre pas ennuyeux."

Imiter la triade classique chinoise de l'équilibre sel, aigre-doux peut être un vecteur de nouvelles saveurs. Idem bacon—avec son sel, son sucre et sa graisse. « Tout est meilleur avec du bacon », s'amuse Del Grande, qui sait qu'il n'est pas le premier à le dire. « Sérieusement, explique-t-il, le bacon a une sensation en bouche très attrayante. Si vous y superposez d'autres saveurs, cela peut être excitant. C'est une façon de plus de répondre au besoin d'excitation émotionnelle des consommateurs avec la nourriture.

Une autre approche encore, selon Raminder Bindra, fondateur et PDG de Seven Spoons LLC, consiste à mélanger les ingrédients de base de différentes cultures, plutôt que les assaisonnements, conservant ainsi les saveurs familières de l'une. Un exemple de cette approche serait une biryani (un plat de riz traditionnel d'Asie du Sud) à base de quinoa au lieu de riz pour augmenter le quotient de protéines. Cela combine le grain andin traditionnel à haute teneur en protéines assaisonné avec des épices indiennes traditionnelles. Cependant, prévient Bindra, la fusion des saveurs simplement pour le plaisir de la fusion ne fonctionne pas.

La clé de la cuisine fusion, suggère le culinologue Mundy, est d'utiliser les saveurs authentiques d'une nouvelle manière. « Allez granulaire, conseille-t-elle. Ne pensez pas seulement à la cuisine ethnique régionale, c'est-à-dire asiatique ou thaïlandaise. Pensez à des plats spécifiques tels tom kah kai (soupe de poulet thaï à la noix de coco) ou pad thaï. "Les marques de vente au détail vont vraiment devoir intensifier leurs efforts et sortir de leurs zones de confort de profil de saveur", déclare Mundy.

Apparu à l'origine dans le numéro d'octobre 2016 de Prepared Foods as New Fusions.

Pour fusionner ou écraser

Andrew Hunter, chef R&D, auteur et mentor de la série de compétitions de Lifetime Television, Supermarket Superstar, décrit les différences entre la fusion et le « smashing » dans les moindres détails. « Alors que la fusion consiste à mélanger les saveurs de différentes cuisines, le smashing consiste à combiner des couches uniques de saveurs goûtées séparément puis ensemble. La fusion, faite correctement, consiste à harmoniser des saveurs uniques tandis que le smashing peut être harmonieux, cela remet également en question le niveau de confort des convives et les sensibilités traditionnelles concernant les combinaisons de saveurs.

Nouvelles mathématiques de fusion

« Parfois, la fusion se présente sous la forme 1 + 1 = 11, plutôt que 1 + 1 = 2 », calcule Raminder Bindra, fondateur et PDG de Seven Spoons LLC. Il explique que les combinaisons supérieures à la somme de leurs parties sont un excellent moyen de fusionner créativité et santé. Par exemple, les aromates salés, comme les oignons et l'ail, sont de bons ponts de confort, car ils sont utilisés dans la plupart des cuisines. Combinez des herbes et des épices emblématiques de différentes cuisines, à savoir la coriandre, le basilic et l'oignon vert, avec ces ponts pour créer de nouveaux profils, suggère Bindra.

« Échangez le sucré et le salé, comme le yogourt à la mangue avec un mélange de sriracha ou un houmous avec un tourbillon de gelée. Fourrez un élément identifiable dans un autre », suggère-t-il, « comme un burrito à l'intérieur d'un nachos quesadilla dans un sandwich. Que vous l'appeliez fusion, mash-up ou smashing, le mélange multiculturel de cuisines, de saveurs et d'ingrédients est la nouvelle frontière des aliments préparés qui approche à grands pas.


Instructions:

Chotay jug mein pani, ketchup aux tomates aur maida dal ker ache tarhan fouetter karein & côté par rakh dein.

Karhai mein boeuf qeema aur huile de cuisson dal dein aur a sonné tabdeel hunay tak ache tarhan mix ker lein.

Pyaz dal ker mix karein aur 5-6 minutes kliya paka lein.

Kali mirch écrasé, poudre d'oignon, poudre de lehsan, poudre de mirch namak aur lal dal ker ache tarhan mélanger karein aur 3-4 minutes kliya paka lein.

Pâte de tomate dal ker 2 minutes kliya ache tarhan mix ker lein.

Persil frais dal ker mix ker lein.

Ab tayyar ketchup + farine mélange dal ker ache tarhan mélanger karein aur dhak ker halki ancch par 12-15 minutes kliya paka lein.

Fromage mozzarella aur fromage cheddar dal ker ache tarhan mix ker lein.

Shell pâtes dal ker mix karein.

Fromage mozzarella, fromage cheddar et persil frais dal ker dhak dein aur halki ancch par fromage fondu hunay tak paka lein (environ 2-3 minutes).


NINYO FUSION CUISINE et WINE LOUNGE. Les secrets les mieux gardés de Quezon City.

Katipunan a toujours été la ceinture universitaire de Quezon City. Avec des écoles de renom (Ateneo, Miriam et Université des Philippines) qui s'y trouvent, l'endroit est entouré de services qui s'adressent à l'énorme population étudiante des environs.

Aujourd'hui, mon fils Iggy, sa femme Cris et moi avons conduit jusqu'à Katipunan à Quezon City pour une séance photo et pour essayer un nouveau restaurant appelé NINYO FUSION CUISINE and Wine Lounge. Il est situé dans les ruelles étroites de l'université de Quezon City et est l'un des soi-disant joyaux de cette région. C'est une petite cuisine familiale devenue un restaurant considéré comme l'un des secrets les mieux gardés de Quezon City. Se rendre à Ninyo peut demander un peu d'effort puisque j'habite à Makati et que nous avons dû faire face à la circulation le long de la C-5. mais selon Iggy. ce voyage en vaudra la peine. Je ne savais pas à quoi m'attendre. tout ce que je sais, c'est qu'il s'appelait autrefois " IN-YO " qui fait référence au terme japonais pour le yin et le yang. Il est rare de trouver un lieu gastronomique comme NINYO qui se targue d'une cuisine fusion franco-asiatique. Nous avons rencontré le partenaire d'Iggy, Rommel et sa petite amie Cha au restaurant. bref nous sommes venus en force pour la séance photo !!

NINYO is a novel place to entertain friends and family. I loved the look of the entrance of the restaurant which had vines dripping from the trees---- which added to the charm.

The food presentation is exceptional and even if there were some dishes that were not quite what I expected ( perhaps my expectations were high because they were so good. ). For the ambience, the quality of the food, its serving size and the whole dining experience, the prices are fairly reasonable. The dining room is tastefully done with a electic mix of local furniture.

The interiors overflowed with incandescent lighting, capiz windows, Chinese lanterns and accent pieces from different parts of the world. The mix of old and new made the whole place cozy.

A koi pond greets you as you enter the door. They have managed to play with the presentation of their food, fusing it right, while painstakingly plating them to look like works of art.

The wine lounge ( on the second floor ) will be formally launched on February 4, 2010.

I also met Genaro Yupangco , a wine-importer ( YUPANGCO WINES ELYSIUM ) who brings in Canadian Ice Wines and celebrity wines from all over the world. We tried a very good French wine called " CHRISTIAN AUDIGIER "( merlot ) - by Montpeyroux Estates. It comes in 4 different designs. green for white wine, blue for shiraz, red for red wine and black for merlot.

I was fortunate to meet the family who are behind this restaurant and I was able to get an impromptu interview with Carla Laus ( who is the marketing manager and public relations officer ), chef Nino Laus ( pronounced NINYO ) and their mother, Edna, is the one who takes care of the cash register. All in the family. According to Carla, this was their old residence which they renovated and turned it into a restaurant. Carla transformed the second floor into a wine lounge. NINYO FUSION CUISINE just won a BRONZE medal at the recent culinary competition, the MLA Black Box Culinary Challenge in Makati. I was told that the best sellers here are : HONEY GLAZED GRILLED SALMON ( 570 PHP ), DUCK LEG CONFIT ( 610 PHP ) and for the steak lovers ( like me ). the US HANGING TENDER STEAK ( 595 ).

This was what we had for dinner.

I ordered UNI BALLS - 350 PHP
Fresh Uni wrapped in crispy fried puff pastry in balsamic wasabi. I loved this .

Cris tried their SMOKED DUCK BREAST - 470 PHP
Smoked duck breast tossed in wild cranberry ponzu dressing, assorted greens with grilled watermelon and cantaloupe.

there were other dishes that Carla made us try also.

Pig trotters Katsudon style ( 550 PHP )
crispy fried Shiraz - braised pig trotters drizzled with Katsudon sauce set on foie gras fried rice topped with watercress relish in raspberry dressing. I must agree that it was artfully stacked!!

Duck with Foie Gras and dehydrated apples.. ( not yet in the menu ).

Miso marinated French rack of Lamb ( 820 PHP )
wrapped in kampyo served with sweet potato mashed in coconut milk and grilled vegetables. The dressing is spicy Yuzu.

While Iggy and Rommel were busy with the photo shoot. Cha and I went down to check out the kitchen where all these goodies were being prepared. We caught Nino preparing his dishes. Carla mentioned to me earlier that Nino has gathered several awards already. He was named the youngest (I found out that he is only 28 years old !! ) Chef de Jour by Appetite Magazine, Rock Drilon of Mag:Net Cafe got him as F & B director to do the menu for Mag:Net, Philippines, plus Tatler and DineAsia consistently includes Ninyo in their Best Restaurants List. plus. CHEF NINO is going to have a cooking show soon. AM I IMPRESSED with all his acccomplishments .

It is one of those places you will go back to, over and over again, to have a decent meal. Reading the dishes' descriptions was enough for me to want to try everything. Ninyo is fine-dining fusion cuisine minus the snobbish and intimidating factor so identified with that genre. It is a restaurant that is inviting and appealing.

Here are some of his mouth watering desserts.

Creme Brulee with cotton candy topping.

Chocolate! Chocolate ! -- best seller in NINYO

YOU should definitely try this restaurant. a bit pricey though, an average of 500 PHP to 600 PHP for the main course. But I will tell you . its worth every penny! I love their food presentation and you will find unexpected " treasures " in every meal. Glancing thru their menu . I noticed they also had pasta which was 340 PHP. not bad huh!

According to their mom, NINYO is closed for lunch on Mondays but they are opened for dinner patrons with a special Monday Menu. Regular hours are from Tuesday to Sunday.

Overall, this was one of my most satisfying dining experiences. The restaurant was just so laid-back and welcoming, the food thoughtfully prepared. The prices were just right for the kind of food we got. The entrees were served WARM ( that was very important to me tho ) . NINYO is the kind of restaurant that I dream of owning one day, so I can hang out there as long and as often as I want. If you are in the QUEZON CITY area. why not go and try out . NINYO FUSION CUISINE and Wine Lounge. you will not regret it!!

To Carla and Nino Laus. congratulations for having such a nice romantic place . I will definitely be back to try more of your new discoveries. CHEERS!

Truly one of Quezon City's best kept secret.


HAPPY EATING!

NINYO FUSION CUISINE & WINE LOUNGE
66 Esteban Abada Street
Quezon City


How to make Butter Chicken Pasta | Fusion Recipe | Recipe Book | The Foodie

On this mother's day, surprise your mother with this out-of-the-world recipe that has the spiciness of Indian masalas and the creaminess of the Italian cuisine - Butter Chicken Pasta. Best of luck!

Ingredients Required to make Butter Chicken Pasta -

4 cups Water
3 tbsp Salt
2 tbsp Oil
1 ½ cup Fusilli Pasta

3 tbsp Butter
2 tsp Cumin Seeds
1 ½ cup Onions, chopped
¼ cup Garlic Cloves
¼ cup Ginger, sliced
10-12 Cashews
2-3 Kashmiri Chillies
2 Tomatoes. quartered
Sel au goût
1 ½ tsp Coriander Powder
1 ½ tsp Chilli Powder
1 ½ tsp Garam Masala
1 cup Tomato Puree
1 cup Water

2 tbsp Butter
½ cup Mushrooms
½ cup Broccoli
¼ cup Corn
½ cup Boneless Chicken Cubes
Sel au goût
½ tsp Black Pepper, crushed
½ cup Cream
1 tbsp Kasuri Methi
3 tbsp Honey


Method to make Butter Chicken Pasta -

1. For the pasta, bring water & salt to a boil, add the pasta & cook till al dante it takes about 8-10 mins. Once done, drain it off & keep it aside.
2. Next, prepare the makhani sauce, heat butter in a saucepan, add the cumin seeds, onions, garlic, ginger, cashews & chillies, cook on medium heat till onions go translucent.
3. Next, add the tomatoes & season with salt keep cooking for another 5 mins till tomatoes go soft.
4. Now add the spice powder & cook for 2-3 mins, next add the tomato puree & water & cook for 5 mins.
5. Remove from heat & let it cool off.
6. Once cooled, blend to a smooth, chunky sauce as you would prefer.
7. Now to make the pasta, heat butter in a pan & saute the vegetables for 2 mins.
8. Next, add the chicken & season with salt & pepper. Once the chicken is cooked, add the prepared sauce, cream, kasuri methi & honey.
9. Cook for 2 mins & add the boiled pasta, toss well & once thick & creamy remove & serve
10. Garnish with coriander leaves & enjoy.


Équipement

Ingrédients

  • 2 cups cooked chicken
  • 2 15oz cans Veg-All
  • 2 10 1/2 oz cans Cream of Potato Soup
  • 1/2 teaspoon thyme dried
  • salt to taste
  • 2 9 inch pie crusts
  • poivre noir au goût

Instructions

Nutrition

Wednesday 22nd of October 2014

Thanks so much for sharing this easy and delicious chicken pie recipe

Monday 20th of October 2014

Very easy and so delicious!

Tuesday 14th of October 2014

My thing is decorating . not cooking. So, this easy recipe is right up my alley. Merci.

Tuesday 14th of October 2014

Thanks so much for sharing this easy recipe! =)Have a great week!

Monday 13th of October 2014

Hi Evelyn, wow this looks so good and easy too. This is my kind of recipe and thanks for sharing it. We all love chicken pot pie here! Hope you are having a nice day. Enjoy your week.Julie

Hi There!

My Name is Evelyn, join us while we share tastefully simple recipes, creative DIY, and our Backroads Travel Adventures.

Quelle est la tendance

Clause de non-responsabilité

All posts on this blog are original content and may not be copied or paraphrased. You may use one photo with a brief description and a link back to my blog for roundups and collections. A comment on the post or an email is appreciated when using my photos.This blog was created for entertainment purposes only. Read my full disclosure here

Policy Privacy

Note: This site contains affiliate links.
Read my full Privacy Policy here

My most recent posts

We are a participant in the Amazon Services LLC Associates Program, an affiliate advertising program designed to provide a means for us to earn fees by linking to Amazon.com and affiliated sites

Copyright © 2021 My Turn for Us | Wisteria on Trellis Framework by Mediavine


16 Super Delicious (and Easy) Asian Food Recipes

Kimchi fried rice, chana masala, satay chicken recipes and so much more.

In these trying times of pandemic-related violence, many Asian people are drawing strength from their vibrant cultures, especially their culinary traditions. From cooking signature foods like Korean barbecue and Chinese hot pot, both of which have origins that date back for centuries, to watching Asian chefs compete on Top Chef, to seeing successful Asian restaurateurs expand their reach, Asian people have found pride in their food for ages and will continue to do so.

Asian cuisine, both traditional and fusion, is so diverse and all so yummy. Many people frequent Asian-owned restaurants (and we encourage you to continue to do so!) , but cooking your favorite Asian foods at home is easy and can be a fun experience for you and the whole family. Asian cuisines use simple cooking methods and familiar ingredients like chicken, pork, ground turkey and rice. There are also healthy tofu recipes that vegetarians can enjoy. Best of all, these simple Asian recipes can even take as little as 30 minutes or less to make.

Because Asian food is endlessly rich and diverse, consider this a beginner&rsquos guide that will ease you into cooking authentic Asian cuisine. A note about the Asian ingredients you&rsquoll see in these recipes: You can find them at your local Asian grocery store or in the Asian aisle of your usual food shopping location. You can also easily buy ingredients online and have them shipped to you. With these cooking tips, you can try easy Asian recipes that include cuisines from Korea, China, Japan, Thailand, Vietnam, the Philippines, India and more. These recipes will show you that Asian food is much more than just rice, noodles and stir-fry. Come and celebrate Asian culture with culinary appreciation.


Anchorage’s small international eateries, used to take-out, found a growing market in the pandemic

Staff and family at Jeepney Filipino Hawaiian Fusion Food pose for a quick photo between to-go orders on a weekday afternoon in April. (Jeff Chen/Alaska Public Media)

It’s been a hard year for many restaurants in Alaska, but low prices and customers’ expanding palates have helped Anchorage’s small, family-owned eateries fare better than others during the pandemic.

Three-quarters of the new restaurants that opened in Anchorage in 2020 serve cuisines from countries across the globe, including the Philippines, the Caribbean, Greece and India, according to the city’s food permit records. Anchorage Daily News restaurant critic Mara Severin said it makes sense that smaller, family-owned eateries have done better than established fine-dining restaurants. Many have adapted quickly to social media marketing and online ordering for take-out.

She’s watch the expansion over a number of years.

“It used to be ‘Have you tried this new Indian restaurant?’ Now it’s ‘What’s your favorite Indian restaurant in town?’” she said.

And there’s the food itself. Many businesses did lots of take-out before the pandemic and their customers were already used to purchasing food that way. Businesses with large dining rooms that did less take-out had to help customers see their food as take-out food. In some cases that can be a challenge.

“I don’t particularly want to eat a filet mignon out of a cardboard box,” said Severin

Jeff Bumagat-Hidalgo, co-owner-manager at Jeepney Filipino Hawaiian Fusion Food, prepares an order of butter garlic shrimp on a weekday afternoon in April. (Jeff Chen/Alaska Public Media)

Severin said many of the restaurants that really excelled during the pandemic found creative ways to reach their customers. That often meant harnessing social media, using ordering apps, and encouraging outdoor dining or even tailgating.

Hawaiian-Filipino fusion restaurant Jeepney’s, located in South Anchorage, is in the middle of an expansion. A decade ago, owner Donna Manalo and her husband decided to open the restaurant on little more than a love of the food of her youth.

Now she has two food trucks, owns a store in a strip mall across from the Dimond mall, just opened a new storefront on JBER, and has plans to take over the former location of Arctic Roadrunner.

“We have big plans for it,” Manalo said.

Their restaurant has evolved since her husband suggested the idea of opening a restaurant 10 years ago.

“He had no experience of cooking, or nothing, but he saw the lack of Filipino food in Alaska. And I was like, ‘Okay, sure, let’s do it,’” she said.

Through the pandemic, their customer base has grown, thanks to a quick pivot to online ordering. There is a broader demand for some of the food they serve, like dinuguan, a pork blood stew, or lumpia, deep-fried Filipino-style egg rolls.

“I’m gonna say about 95% of our customers are not Polynesian or Filipino,” said Manalo.

Manalo has been adapting her menu over the past years, astutely catering to local tastebuds, such as her take on adobo burritos.

“Burrito is not a thing in the Philippines, but it is in America. So when they tasted that, we were like ‘Okay, this works, now let’s kind of try to introduce other dishes that we love from home and maybe they’ll like it too,’” she said.

Mona takes an order from a customer at Jeepney Filipino Hawaiian Fusion Food on a weekday afternoon in April. (Jeff Chen/Alaska Public Media)

They also just introduced poke nachos, and have low-carb Keto options on their menu. Their entrees are also affordable, with most around $15.

Manalo said her biggest challenge right now is finding enough employees to staff the new restaurants.


15% OFF Bariatric Fusion Prepared Meal Delivery Cost

If you’re ready to try the Bariatric Fusion Meal plan that can assist in removing the day to day stress of meal prepping and ensuring complete nutrition, then I’ve got a special offer for you!

Exclusively for readers of My Bariatric Life, save 15% on your first order of Bariatric Meal Delivery through May 31, 2019 with code MBL15 at checkout. Place your order here.

To give you an idea of the cost of fresh, nutritionally balanced meals from Bariatric Fusion: breakfasts worthy of getting out of bed, power lunches and mouth-watering dinners are

$8.50. To-die-for desserts run $5-$7.

This Bariatric Meal Delivery service is available to the 48-continental United States. Shipping costs are whatever UPS charges, with ground rates to NY, NJ, and PA being the lowest given Bariatric Fusion’s location in New York. All other states get shipments via UPS Express.

If you’re pressed for time or energy, learning to follow the bariatric diet, or need to get back on track from weight regain then with the Bariatric Fusion Prepared Meal Plan, you can have fresh, nutritionally balanced meals at your fingertips without the hassle of grocery shopping or cooking. It’s certainly worth a try!

Go to the Bariatric Fusion Meal Plan website and be sure to use code MBL15 at checkout for 15% off your first order (through 5-31-19). For more information, please contact Bariatric Fusion at 1-866-259-0602 or send them a message via their webform ou Facebook page.