Nouvelles recettes

Les meilleurs sushis de Los Angeles et plus d'actualités


Dans le Media Mix d'aujourd'hui, l'histoire de Richard Serra et d'un chef pâtissier, ainsi que les cinq meilleurs albums thaïlandais d'Andy Ricker

Le Daily Meal vous apporte les plus grandes nouvelles du monde de l'alimentation.

Les meilleurs sushis de LA : Nous devons admettre que la côte ouest est la meilleure côte pour les sushis. Il suffit de regarder le porno alimentaire. [LA Mag]

Richard Serra contre Blue Bottle : Le chef pâtissier de Blue Bottle au SFMOMA raconte avoir rencontré Richard Serra après avoir refusé de leur permettre de faire un biscuit Serra, même si "TOUT DANS LE SPECTACLE RESSEMBLAIT À UN COOKIE GÉANT!" [Bouteille bleue]

Andy Ricker présente la musique thaïlandaise : Le chef Pok Pok partage ses cinq meilleurs albums pop thaïlandais. Nous avons trouvé la bande originale de la semaine. [La nourriture est le nouveau rock]

Sac à lunch cool, frère : Un père branché, qui se trouve justement être un graphiste, illustre les sacs à lunch de ses enfants. [C'est colossal]

Michael Pollan sur Stephen Colbert : L'écrivain culinaire parle de son nouveau livre Cuit, tandis que Colbert admet: "Je base tout mon alimentation sur le groupe Meatloaf." [Mangeur]


Les 11 meilleurs plats classiques et typiques de Los Angeles

Dans une ville qui a tendance à chérir les jeunes et les nouveaux, le terme "Classic L.A." ressemble à un oxymore. Mais même si Chasen's a disparu depuis longtemps, il existe quelques établissements qui ont résisté à l'épreuve du temps et ont joué un rôle dans notre histoire culturelle en servant des plats qui ont grandi pour nous définir. Voici onze de nos plats classiques préférés - et typiquement L.A. - de toute la ville.


(Photo gracieuseté de Bay Cities)
LA MARRAINE DANS LES VILLES DE LA BAIE

Bay Cities est un excellent exemple du genre de conte le plus courant à Los Angeles, le conte de ceux qui se déplacent vers l'ouest pour se réinventer. Le fondateur original, Antoni DiTommasi, était un policier de Chicago. La rumeur dit qu'après quelques ennuis avec la mafia de Chicago et un petit coup de coude pour quitter la ville, il a fait ses valises, a déménagé à Los Angeles et a ouvert une épicerie en 1925. Quatre-vingt-dix ans plus tard, il sert toujours Santa Monica. Le célèbre sandwich, La Marraine, est entré en scène dans les années 50. Prosciutto, jambon, capicola, mortadelle, salami de Gênes et provolone. Commandez avec "les œuvres", et des piments forts ou doux. Bien sûr, vous pouvez l'emporter, même s'il est vraiment préférable de le manger là-bas.

Bay Cities Italian Deli & Bakery est situé au 1517 Lincoln Blvd. à Santa Monica. (310) 395-8279


(Photo avec l'aimable autorisation de Matsuhisa)
JALAPEÑO YELLOWTAIL À MATSUHISA

Matsuhisa sur La Cienega, ouvert en 1987, est l'étincelle qui a allumé la flamme de Nobu Matsuhisa, chef et propriétaire d'une marque désormais mondiale. Il a commencé sa carrière au Pérou et a développé des plats innovants qui mélangent les styles de cuisine japonais et péruvien. Le jalapeño à queue jaune, un plat de sashimi qui incorporait une touche étrange à l'époque (le jalapeño comme épice), est devenu un plat de marque pour Nobu, et a non seulement perpétué la marque, mais a également influencé la plupart des restaurants de sushis de Los Angeles.

Le restaurant Matsuhisa est situé au 129 N. La Cienega Blvd. au centre-ville. (310) 659-9639


(Photo de Marie W. via Yelp)
FILET DE SABLES AU MUSSO & FRANK GRILL

Le Musso & Frank Grill fait partie des anciens de la liste, ouvert depuis 1919. Comme l'a raconté Peter Landroche, le maître d'hôtel de Musso & Frank (et auparavant d'Orso), Charlie Chaplin et Rudolph Valentino se rencontraient régulièrement au Musso & Frank pour déjeuner, car il était à égale distance de leurs deux studios. L'un appelait l'autre et prononçait un seul mot au téléphone : « Musso ». La dernière personne à se rendre à table a dû payer la note. Ils préféraient le stand près de la porte d'entrée pour pouvoir attacher leurs chevaux de studio empruntés à l'extérieur et les surveiller par la fenêtre. Le stand est encore surnommé "le stand de Charlie Chaplin". Bien que de nombreux plats puissent être considérés comme classiques et que le menu original soit accroché au mur au fond du restaurant, l'un des favoris est le filet de sanddabs, un poisson blanc servi avec une sauce au citron. Bien que leur popularité ait décliné ces dernières années, les sanddabs ont longtemps été considérés comme un poisson emblématique de la Californie ("à l'époque de Chandler et Hammett", a écrit un ancien critique gastronomique du LA Times, "et les dabs se sont classés juste derrière le flétan comme le poisson plat le plus populaire". ). Le filet à l'ancienne de Musso est suffisamment léger pour commander un accompagnement d'épinards à la crème, une commande d'asperges à la sauce hollandaise, ainsi qu'un accompagnement de champignons sautés et peut-être des frites.

Le Musso & Frank Grill est situé au 6667 Hollywood Blvd. à Hollywood. (323) 467-7788


(Photo de Gee L. via Yelp)
#19 CHEZ LANGER'S DELI

En 2002, ma tante, Nora Ephron, a écrit un article dans le New Yorker, décernant à Langer le trophée du « meilleur sandwich au pastrami chaud au monde ». Pour une institution de Los Angeles, avoir battu New York, dans The New Yorker, par l'ultime « New Yorker », n'était pas une mince affaire. Langer's obtient son pastrami du distributeur RC Provisions, une relation qui a commencé avec feu Al Langer, qui a fondé la charcuterie en 1947, et Bill Giamela, le fondateur de RC Provisions, maintenant âgé de 75 ans. La tradition de la sélection manuelle des coupes a été perfectionnée par leurs pères et transmise aux fils Norm Langer (Langer's) et Matt Giamela (RC Provisions). Cette méthode de sélection manuelle est évidente dans la saveur du pastrami. Alors que le #19 est le classique et comprend de la salade de chou, de la vinaigrette russe et du fromage suisse, certains traditionalistes pensent que le pastrami est si bon qu'il n'a besoin que de moutarde et de pain de seigle.

Langer's Deli & Restaurant est situé au 704 S. Alvarado St. à Westlake. (213) 483-8050


(Photo de Tera K. via Yelp)
TARTE À LA CRÈME À LA BANANE À LA POMME

Fondée en 1947 et toujours détenue par la même famille, The Apple Pan a figuré non pas dans une, mais dans deux promotions Huell Howser. Il le qualifie de "survivant", un restaurant capable de "tenir le coup. [mais] pas complet". Composés d'un long comptoir avec des tabourets rouges (avec des dossiers !), ils servent du soda dans des cornets en papier et du ketchup sur de fines assiettes en papier. Leur plat classique : la tarte à la crème de banane. Mais vous devriez probablement commander un hamburger au noyer ou un sandwich au thon avant la tarte afin que vous n'ayez pas seulement eu une énorme part de tarte pour le déjeuner.

Le Apple Pan est situé au 10801 W. Pico Blvd. à West L.A. (310) 475-3585


(Photo de J.M. via Yelp)
SANDWICH AU POISSON FRITE AU MALIBU FRUITS DE MER

Un homard vêtu d'une chemise hawaïenne vous fait signe de PCH, vous faisant signe d'entrer dans le stationnement. Si vous voulez vous mettre en appétit, garez-vous à l'arrière du parking et promenez-vous sur le sentier Corral Canyon. Mais ne faites pas toute la boucle ou au moment où vous redescendez la colline, la file d'attente sera trop longue et les tables trop pleines. Il est très important d'avoir une table dans la première section de la table de pique-nique extérieure à trois niveaux afin d'avoir une vue optimale sur l'océan - des sièges de choix pour une éventuelle observation des dauphins et des baleines. Commandez un sandwich au poisson frit sans fromage, des frites (il y a du vinaigre de malt sur chaque table) et un Juice Squeeze. Fondé en 1972, Malibu Seafood préserve le sentiment nostalgique de la jeunesse qu'il ne faut pas avoir besoin de porter des chaussures à Malibu.

Malibu Seafood est situé au 25653 Pacific Coast Highway à Malibu. (310) 456-3430


(Photo gracieuseté de Bob's Coffee and Donuts)
DONUT AU SUCRE CHEZ BOB'S CAFÉ ET DONUTS

Bien avant la construction de The Grove, The Farmer's Market était à lui seul un incontournable du « cool » de Los Angeles. C'était le lieu de prédilection des personnages de la série Weetzie Bat. Avec l'ajout de The Grove, l'esprit original du Farmer's Market, éclectiquement branché, semble un lointain souvenir, mais en plein centre, toujours au service de Los Angeles avec la grâce de sa simplicité, se trouve Bob's Coffee and Doughnuts. Le beignet gastronomique est actuellement à la mode dans toute la ville, mais Bob's a toujours capturé une qualité qui semble échapper à ses nouveaux concurrents : lorsque vous mordez dans leurs beignets, ils se dissolvent rapidement dans la bouche, une pâte aérée perfectionnée au fil des ans depuis que le propriétaire Bob Tusquellas a acheté l'endroit en 1970.

Bob's Coffee & Donuts est situé au 6333 W. 3rd St. (#450) dans l'Original Farmer's Market.


(Photo de Mary F. via Yelp)
CREVETTES GLISSANTES À YANG CHOW

Situé dans les rues ornées de Chinatown, entouré d'autres restaurants chinois locaux et de galeries d'art en plein essor, se trouve un restaurant chinois américain classique avec de grandes tables rondes et un mur bordé de photos de célébrités apparemment aléatoires. Il y a maintenant trois Yang Chow à Los Angeles, mais cet original du centre-ville familial a ouvert ses portes en 1977 et a contribué à faire des crevettes glissantes, un plat de crevettes sucrées légèrement frit et délicieux, populaire dans toute la ville. Selon un article du L.A. Times de 1991, ils donnent la recette sur demande.

Yang Chow est situé au 819 N. Broadway à Chinatown. (213) 625-0811


(Photo extérieure par Alex de Cordoba Pizza photo avec l'aimable autorisation de Casa Bianca Pizza Pie)
PIZZA AU FROMAGE À LA TARTE PIZZA CASA BIANCA

Situé à Eagle Rock, et servant des habitués qui viennent de partout depuis 1955, se trouve Casa Bianca : une nappe sicilienne à carreaux rouges, un joint en espèces uniquement. C'est le genre d'endroit où les serveurs sont fiers d'y travailler. En fait, une serveur, Brianne Newton, m'a dit qu'il lui avait fallu trois ans pour obtenir le poste et qu'elle l'avait depuis 11 ans. Son enthousiasme pour l'endroit était contagieux et une chaleur imprègne le restaurant vraiment "familial". Commandez un côté de boulettes de viande avec votre pizza, et si vous amenez suffisamment de famille ou d'amis pour vous aider à peaufiner le tout, commandez des plats d'apéritif de bruschetta et de pain à l'ail.

Casa Bianca Pizza Pie est située au 1650 Colorado Blvd. à Eagle Rock. (323) 256-9617


(Photo de Lady Ducayne via Creative Commons sur Flickr)
DIP SANDWICH FRANÇAIS CHEZ PHILIPPE L'ORIGINAL

Philippe the Original opère en permanence à Los Angeles depuis 1908 et se trouve à son emplacement actuel à un pâté de maisons de la gare Union depuis plus d'un demi-siècle. C'est aussi très populaire - en 2008, ils servaient 2 200 à 3 000 clients par jour en semaine et jusqu'à 4 000 le week-end, selon le L.A. Times - alors ne soyez pas surpris s'il y a une file d'attente. L'atmosphère est merveilleusement vieille école, mais le véritable attrait est le sandwich à la trempette française, une prime de rosbif tranché finement entassé sur un rouleau français et dégoulinant de jus. Ils acceptent même les cartes de crédit, à partir de 2014. —Julia Mèche

Philippe l'Original est situé au 1001 N. Alameda St. à Chinatown.


(Photo avec l'aimable autorisation d'El Tepeyac)
BURRITO HOLLENBECK AU MANUEL'S EL TEPEYAC

Une institution de Boyle Heights non loin du poste de police de Hollenbeck, El Tepeyac est un lieu de prédilection pour la cuisine mexicaine depuis 1955. L'un de leurs burritos signature s'appelle The Hollenbeck, du nom des policiers qui ont continué à demander des ingrédients supplémentaires jusqu'à ce que les burritos ( emballé avec de la viande de porc poêlée, du riz, des haricots, du guacamole et plus encore) pesait en moyenne cinq livres chacun. Le propriétaire Manuel Rojas avait l'habitude de donner des coups de tequila à ses clients lorsqu'ils entraient. Rojas est décédé en 2013, les coups sont partis mais le charme demeure.

El Tepeyac de Manuel est situé au 812 N. Evergreen Ave. à Boyle Heights. (323) 268-1960


Le meilleur de 2020 : des sushis à emporter dans la vallée de San Fernando

Partagez ceci :

Note de l'éditeur : Le critique de restaurants Merrill Shindler pense qu'il existe de nombreuses options merveilleuses pour les plats à emporter - des cuisines qui "voyagent bien", comme il le dit. Nous lui avons demandé de mettre en évidence six de ses favoris. Auparavant, il écrivait sur le barbecue, la cuisine chinoise, le poulet frit, la cuisine méditerranéenne et la pizza. Maintenant, pour la dernière entrée — sushi ! … Pour toutes ses critiques de restaurants, regardez cet espace : www.dailynews.com/author/merrill-shindler

Mes sushis à emporter préférés

Le petit Izakaya de Katsu-Ya

4517, boulevard Sepulveda, Sherman Oaks 818-789-3111, www.katsu-yagroup.com

Ce "petit" sur Sepulveda - au point où la 405 commence à monter vers le Westside, avec un Whole Foods de l'autre côté de la rue, juste au cas où vous auriez besoin de quelque chose de bio - est un frère du plus grand Katsu-yas. Mais comme son nom l'indique, c'est un diminutif - mais avec un menu izakaya résolument non diminutif.

Izakaya fait référence, au Japon, à un monde merveilleux de snacks de bar qui se marient très bien avec du saké, de la bière et des cocktails d'exotisme divers. Et Dieu sait que c'est ce que cette petite cuisine parvient à faire tourner - plus de 30 options à la carte pour les nigiri sushi et sashimi, une douzaine de petits plats de fruits de mer, presque autant de petits plats de viande, une demi-douzaine de « plats de compilation » (pensez aubergines grillées au germon sauce miso), 16 petits plats de légumes, 50 rouleaux de sushi (standard et exotique).

Si vous voulez que tout soit fait pour vous, pensez aux combinaisons pour le déjeuner et aux boîtes à bento - pré-assemblées par des cuisiniers qui savent ce qu'ils font. Ou tout simplement vous déchaîner en commandant tout ce qui est en vue. Ou du moins, en vue sur le menu. Et oui, ça me manque d'aller ici et de pouvoir continuer à commander jusqu'à ce que je sois rassasié et un peu fou. Tant pis. Un jour.


9 meilleurs restaurants de sushis de South Bay, prêts à emporter et à livrer

Depuis que les sushis sont passés du domaine de l'exotisme culinaire à l'objet de désir cognoscenti à la fin des années 1970, ils sont devenus la nourriture de choix des branchés et des fast-laners. Et ces jours-ci, pour à peu près tous.

De Teru Sushi et Asanebo à Studio City, à Matsuhisa à Hollywood, à R-23 dans le quartier des entrepôts du centre-ville de LA, aux succursales de Sushi Roku et Katsuya dans toute la ville, être capable de différencier l'anguille de mer et l'anguille d'eau douce a marqué vous en tant que dîner de distinction, quelqu'un dont les papilles gustatives ont dépassé de loin celles des millions de McDonald's.

De plus, les mannequins et les starlettes d'Hollywood aiment ça parce qu'il est riche en protéines et faible en calories. Et les types de studio adorent ça parce que crier sur les chefs est considéré comme une bonne forme - c'est une forme de thérapie culinaire, avec un chasseur de saké.

Et en ces temps difficiles, c'est aussi une joie de commander des plats à emporter parmi les nombreuses options de la ville. Allant des tendances hype impossibles à obtenir comme N/Naka (qui propose une boîte à bento à 38 $, environ un dixième du prix du dîner là-bas !), rempli de tempura et de Sriracha et d'autres rebondissements américains introuvables à Tokyo.

J'adore les sushis à emporter. J'ai trouvé des quantités monstres de plaisir avec les boîtes à bento vendues dans les gares du Japon - des morceaux d'art élégants, joyeux et amusants, avec un bel emballage et une nourriture si parfaite que vous hésitez à les manger. Mais bien sûr, vous le faites.

Je reconnais qu'il y a des gens qui s'inquiètent de la salubrité de manger du poisson cru - en particulier du poisson cru livré d'un restaurant où vous ne voyez pas réellement la préparation au bar à sushis. C'est une chance que je suis prêt à prendre, oh vous de peu de foi. La bonté de ce sushi à emporter transcende mes soucis. Ils rendent mon emprisonnement de peste sinon tolérable, du moins supportable.

Les choix sont nombreux, mais voici quelques-uns de mes favoris les plus fiables :

Sushi fusion

1150 Morningside Drive, Manhattan Beach, 310-802-1160 3963 Pacific Coast Hwy., Torrance, 310-378-2990 1200 Pacific Coast Hwy., 310-318-2781 www.fusionsushi.com

Comme beaucoup d'amateurs de sushis sérieusement engagés, j'ai vu mon goût pour les sushis évoluer lentement au fil des ans d'un simple losange de riz, garni d'une tranche de poisson, à des rouleaux de spécialité exotiques très ornés, voire byzantins, avec une cuisine pleine d'ingrédients … et le poisson et le riz largement submergés par un excès de croustillants tempura, sauce sriracha, sauce anguille, avocat, concombre, fromage à la crème, mayonnaise — la liste est longue. Et je ne me plains pas - j'aime les rouleaux spéciaux.

Il n'y a peut-être pas de bar à sushis local avec une collection de rouleaux de sushi plus encyclopédique, loufoque et exagérée que Fusion Sushi, où le menu contient page après page des Fusion Specials, Chef Special Rolls et Tempura Special Rolls. Ils ont des noms comme le Bora Bora Roll, le Final Fantasy Roll, le Spicy Rock Star Roll et le Disco Shrimp Roll.

Ou, vous pouvez simplement commander de vieux favoris comme le tataki maguro (thon poêlé), unagi (anguille d'eau douce), hamachi (queue jaune) - et ma rave personnelle préférée, uni (oursin), dégustation de la mer et rarement trouvé dans les sushis Rouleaux. Comme gâterie spéciale, j'ai opté pour la salade de sashimi, qui est encore plus saine - des morceaux de poisson cru sur une salade, plutôt que du riz. La vie est courte et chaque bouchée doit compter. Et de toute façon, comme je ne commande pas les petits pains avec des frites, je vis une existence vertueuse. Tout le riz brun et aucun croustillant tempura font de Jack un garçon terne.

L'Izakaya de Katsu-Ya

1133 Highland Ave., Manhattan Beach, 310-796-1888, www.katsu-yagroup.com

Izakaya est tout au sujet de petits plats. Et dans ce concept de petits plats du groupe Katsu-Ya, les petits plats sont la règle. Surtout s'il s'agit de fruits de mer.

Au Japon, Izakaya fait référence à un monde merveilleux de snacks de bar qui se marient très bien avec du saké, de la bière et des cocktails d'exotisme divers. Et Dieu sait que c'est ce que cette cuisine parvient à faire tourner - plus de 30 options à la carte pour les nigiri sushi et sashimi, une douzaine de petits plats de fruits de mer, presque autant de petits plats de viande, une demi-douzaine de « plats de compilation » (pensez aux grillades aubergine au germon sauce miso), 16 petits plats de légumes, 50 rouleaux de sushi (standard et exotique).

Si vous voulez que tout soit fait pour vous, pensez aux combinaisons pour le déjeuner et aux boîtes à bento - pré-assemblées par des cuisiniers qui savent ce qu'ils font. Ou tout simplement vous déchaîner en commandant tout ce qui est en vue. Ou du moins, en vue sur le menu. Et oui, ça me manque d'aller ici et de pouvoir continuer à commander jusqu'à ce que je sois rassasié et un peu fou.

La section des légumes à elle seule peut me tenir très occupé - tous ces plats de plantes à mâcher se dégustent très facilement et très bien avec de la bière. Le bâton de gobo frit (lire: racine de bardane) est plus croquant que savoureux - mais c'est un très bon croquant. L'aubergine est à la fois grillée et marinée, toutes deux grasses comme l'aubergine est toujours grasse, et toutes deux inondées de saveurs, l'aubergine est généralement plus une éponge qu'un légume. Les légumes marinés assortis sont un nettoyant fin pour le palais. Et si vous êtes un fan de champignons (comme moi), essayez les shimejis à la sauce sésame, les champignons et la marinade se fondent dans une fine unité de goût et de but. J'aime l'ohitashi aux épinards et manger des épinards me fait toujours me sentir vertueux.

Et je suis fan du Challenge of the Shishito Peppers. D'un ordre de 20, en règle générale, 17 seront doux et trois seront chauds. C'est un peu comme la roulette russe culinaire, essayer de savoir qui aura les plus chauds.

913 N. Sepulveda Blvd., Manhattan Beach, 310-372-6156, www.o-shosushi.com

Le vénérable O-Sho à Manhattan Beach me manque, qui pourrait bien être le bar à sushis le plus populaire de South Bay. D'aussi loin que je me souvienne, O-Sho (qui a également une succursale sur Sawtelle dans l'ouest de LA) a été une destination pour ceux qui aiment que leur cuisine japonaise tombe dans certaines limites bien définies - les plats servis ici ont un familiarité avec eux. La plupart d'entre nous les ont déjà vus, commandés auparavant, les connaissent bien. Et rien de mal à ce qu'est la cuisine américaine classique, par exemple, mais un retour à nos racines.

Dans ce cas, nous revenons aux racines japonaises que les non-japonais ont commencé à découvrir dans les années 󈨀. Il y a des sushis, et beaucoup, tous les plats que nous connaissons si bien au fil des ans, et pour lesquels nous ressentons à la fois passion et fidélité.

Mais au cas où vous n'auriez pas envie de toro et d'uni, commandez l'un des nombreux dîners complets, qui comprennent une soupe miso, une salade sunomono, une salade verte, du riz cuit à la vapeur et un choix de yakitori au poulet, de crevettes et de légumes tempura ou de porc. boulettes de gyoza. C'est le casting de base pour le bœuf, le poulet ou le saumon teriyaki, le poulet ou l'escalope de porc frite sukiyaki végétarienne (tonkatsu), le filet de poulet frit (poulet katsu) ou les nouilles udon avec tempura et poulet. Il existe également d'autres combinaisons, qui mélangent et assortissent teriyaki, tempura, sashimi, sushi, tonkatsu, gyoza, à peu près n'importe quel pêle-mêle que vous souhaitez.

Et ce qui sort de la cuisine est très bien - l'équivalent japonais du poulet frit du sud et de la tarte aux pommes de maman. La tempura est suffisamment croustillante, même si quelques secondes de plus ne feraient pas de mal (c'est un peu pâle). Le poulet dans le teriyaki est très légèrement trop cuit, bien que cela soit bien déguisé par la sauce teriyaki.

La sélection de sushis est sans gadget, soigneusement préparée, à un prix raisonnable - un rouleau de crabe dormeur coûte environ un tiers de moins que le tarif en vigueur (idem le rouleau de tempura de crevettes et le rouleau de Philadelphie). Et tout le monde aime la glace au thé vert pour le dessert.

Étant donné que les repas en personne dans les restaurants de sushis ne sont pas possibles pour le moment, les sushis à emporter et à livrer sont la prochaine meilleure chose. Ici, le riz croustillant au thon épicé est composé de riz à sushi frit garni de thon ahi épicé, de soja sucré et de mousse d'avocat. (Photo d'archive par Paul Rodriguez)

Des sushis roulés et des rouleaux de printemps dans une variété d'options sont disponibles pour emporter et livraison dans les restaurants de sushis locaux. (Photo d'archive par Sarah Reingewirtz)

De gauche à droite se trouvent les sushis au thon, au germon, au saumon, au flétan et à la sériole poêlée. (Photo d'archive par Cindy Yamanaka)

Le thon est un ingrédient de sushi populaire, comme c'est le cas ici avec le Tuna Tower. (Photo d'archive par Sam Gangwer)


Difficile de dire ce qui divise le plus : le Brexit ou le Philly roll. Personnellement, je suis convaincu que le fromage à la crème ne devrait jamais s'approcher de mon rouleau de sushi, mais j'ai aussi des amis qui l'adorent. C'est une bonne chose qu'ils n'écrivent pas ce classement, cependant. Pas de chance, Philly roll.

Contient : saumon fumé, avocat, concombre, asperges (facultatif)

Soyons clairs : les recettes de saumon fumé me donnent de la vie. Chaque fois que je vais prendre le thé de l'après-midi, je me donne pour mission de consommer sournoisement autant de sandwichs au saumon et au fromage à la crème qu'il est humainement possible. Mais les asperges dans un rouleau d'Alaska ? Non, merci.


Une autre indulgence chocolat-banane, ce roulé obtient une touche supplémentaire avec des pistaches. Et avec seulement trois ingrédients, vous vous sentirez très chic sans aucun effort supplémentaire. Bravo à ça, mes amours.

Ruby Siegel

Infiniment moins chère que les vrais sushis, cette recette de Candy Sushi utilise du poisson suédois pour faire une collation adorable qui change la donne. C'est fondamentalement le rêve de tous les enfants, alors canalisez votre enfant intérieur et lancez-vous.

Que vous soyez végétalien, que vous cherchiez à économiser de l'argent ou tout simplement pas dans les fruits de mer, il existe de nombreuses façons de préparer des sushis sans poisson cru. Et si vous vous sentez à la hauteur, ne vous inquiétez pas, nous vous couvrons également.


L.A. Hit Sugarfish poursuit son expansion à New York avec un nouvel emplacement à Soho

Le deuxième avant-poste Sugarfish de Manhattan a ouvert ses portes le 21 février.

Il a fallu le Sugarfish par Sushi Nozawa équipe pendant quatre ans pour trouver leur premier point de vente new-yorkais, qui a fait ses débuts à l'automne 2016 à Flatiron. Et quelques secondes à peine après avoir ouvert les portes, les amateurs de sushis ont afflué vers le concept de sushi à menu fixe très populaire de Los Angeles, provoquant des files d'attente autour du pâté de maisons pour les nigiri au saumon et les rouleaux de crabe bleu. Ainsi, avec les New-Yorkais confirmant leur appétit pour les fruits de mer sterling à des prix raisonnables&# x2013&# x2013un départ apprécié de la ville&# x2019s récent afflux de compteurs de sushi de compte de dépenses&# x2013&# x2013fondateurs Tom Nozawa, Lele Massimini et Jerry Greenberg savaient qu'ils avaient frappé un bonbon endroit. Et, bien sûr, un deuxième effort devrait suivre.

Le deuxième magasin Sugarfish de Manhattan a frappé Soho le 21 février, revendiquant un modeste terrain d'angle au 202 Spring Street, près de Sullivan Street, d'une superficie d'environ 1 700 pieds carrés, équipé de 42 sièges, dont huit dans un bar.

« Nous aimons le quartier et avons estimé que nous serions un bon ajout aux offres de nourriture ici », déclare Massimini, qui a estimé que le format de repas omakase décontracté de Sugarfish (choix du chef) serait un ajout bienvenu au quartier.

Lorsque Sugarfish s'est étendu de la Californie à New York, l'équipe a clairement exprimé ses ambitions : qu'ici, sur la côte Est, la marque propose précisément les mêmes sushis de haute qualité à un prix raisonnable servis dans un espace propre et moderne, tout comme les emplacements à Los Angeles depuis les débuts de la marque&# x2019s à Marina del Rey en 2008. Cela comprenait les trois mêmes menus avec diverses sélections de sashimi, nigiri, et un rouleau à main&# x2013&# x2013Trust Me Lite, Trust Me et The Nozawa&# x2013& #x2013bien qu'à New York, l'équipe ait dû augmenter légèrement les prix pour tenir compte du loyer élevé de la ville. Ainsi, au lieu de payer 19 $, 27 $ ou 37 $ pour le déjeuner et 23 $, 33 $ ou 43 $ pour le dîner, selon le choix de menu, ici à New York, Sugarfish facture 23 $, 33 $ ou 45 $ pour le déjeuner et 28 $, 40 $, ou 52 $ au souper, tout en offrant un certain nombre de préparations de sushis supplémentaires à à la carte. Sugarfish propose également des spéciaux qui changent quotidiennement en fonction de la disponibilité saisonnière du poisson, comme l'uni et engawa (nageoire de flétan).

Sugarfish en tant que concept est une émanation de ce qui était autrefois le comptoir de sushis le plus respecté de Los Angeles, Sushi Nozawa. Le petit joint simple dans un centre commercial sur Ventura Boulevard à Studio City était connu pour son excellente clientèle de sushis et de l'industrie hollywoodienne. Le propriétaire Kazunori Nozawa a ouvert le minuscule sushiya en 1987, et il a été l'un des premiers chefs en Amérique à proposer des Edo-mae haut de gamme (un style plus traditionnel de fabrication de sushis à base de poisson de la baie de Tokyo, qu'un chef fait mariner et conserve avant de servir), chef&# x2019s-choix sushi sur la carte. Il a appelé le style &# x201Ctrust me&# x201D sushi, aussi le surnom des menus de Sugarfish&# x2019s.

Nozawa était connu pour ses fruits de mer immaculés, et c'est grâce à ses relations de longue date avec les fournisseurs de poisson qu'il était toujours en mesure de se procurer les meilleurs fruits de mer à Los Angeles. Lorsque Tom et l'équipe ont lancé Sugarfish il y a plus de dix ans maintenant, il a mis à profit les relations d'approvisionnement en poisson de son père. Il a acheté les mêmes fruits de mer de haut niveau servis à Sushi Nozawa pour Sugarfish, et parce qu'il achetait une plus grande quantité de poisson d'abord pour seulement deux restaurants, puis trois, puis quatre, l'achat en gros lui a permis de maintenir les prix à Sugarfish low, tout en maintenant un niveau élevé de qualité du poisson.

Et c'est ainsi que Sugarfish est né. Le concept a connu un succès rapide à Los Angeles, et lorsque Nozawa a décidé de prendre sa retraite en 2012, il a transformé son emblématique bar à sushis en un autre Sugarfish. Et à partir de là, la marque s'est développée dans tout Los Angeles, maintenant avec deux points de vente à Manhattan.

L'architecte renommé de Los Angeles, Marmol Radziner, a conçu l'esthétique de l'espace Sugarfish&# x2019s Soho, en concevant une chambre contemporaine aux lignes épurées et en chêne blanc du sol au plafond. Semblable à d'autres endroits Sugarfish, les clients peuvent s'asseoir à des stands, des banquettes ou prendre un saké ou une bière dans un petit bar.

En plus des trois menus susmentionnés, Sugarfish Soho propose une option supplémentaire appelée « Don’t Think Just Eat ». mais il est devenu si populaire que l'équipe a décidé d'en faire un élément permanent au nouvel emplacement. Comme un repas omakase classique, les convives ne savent pas exactement ce qui leur sera servi car le menu est basé sur ce qui est disponible en saison pour le moment. Mais ce repas contient généralement deux plats de sashimi, 12 morceaux de nigiri (le même poisson préparé de deux manières différentes) et deux petits pains pour 63 $.

Au cours des cinq dernières années, New York a accueilli une série de bars à sushis suffisamment traditionnels pour faire voyager les convives à Tokyo pendant quelques heures. Avec cette expérience trouvée dans des endroits comme Noda, Noz, Sushi AMANE et Shoji à 69 Leonard vient de la racine de wasabi japonaise fraîchement râpée, des fruits de mer acheminés quotidiennement du célèbre marché aux poissons de Tsukiji de Tokyo, et des prix parfois aussi élevés qu'un mois de loyer .

Ce qui explique pourquoi les convives attendent avec impatience les omakases Sugarfish de 28 $ à 63 $.


Les meilleurs restaurants de LA, selon Yelp

Providence est classé comme le meilleur restaurant de Los Angeles selon Yelp, avec 1 348 avis. Yelper Dana F. a déclaré : « Commandez certainement le foie gras sauté si vous aimez le foie gras », tandis que Yelper Shellie C. a déclaré : « Je reviendrai certainement pour essayer le menu dégustation avec des accords mets-vins. » Providence est situé dans le Mid-Wilshire et se situe dans la fourchette de prix la plus élevée.

Guisados

2100 E, avenue César Chavez
Los Angeles, Californie 90033
www.guisados.co

Venant en n ° 2 selon les Yelpeurs, c'est Guisados. Les habitants de Los Angeles ont beaucoup à dire sur ce restaurant mexicain à prix raisonnable. Fernando H. a déclaré : « La Cochinita Pibil et la Mole Poblano sont remarquables », et Joanne L. a déclaré : « Je recommande vivement le plateau Sampler, qui comprend six tacos. »

Barbecue coréen Genwa

5115, boulevard Wilshire
Los Angeles, Californie 90036
www.genwakoreanbbq.com

Le Genwa Korean BBQ est classé troisième à Los Angeles selon Yelp. Yelper Christina V. a déclaré : « J'aime, j'aime, j'adore le fait que vous ayez 25 plats d'accompagnement », tandis que Mark C. a dit : « Un million de types de banchan et une viande super délicieuse. » Ce restaurant familial est à prix modéré dans le district de Mid-Wilshire.

Grillades végétariennes

8000 W. Sunset Blvd.
Los Angeles, Californie 90046
www.veggiegrill.com

Une alternative plus saine est arrivée en quatrième position, selon Yelp. Le Veggie Grill est présent à Los Angeles et dans le comté d'Orange et propose des plats à base de légumes. Yelper Brandy J. a dit : « De loin, les meilleures frites de patates douces que j'aie jamais mangées », tandis que Jaimie B. dit : « Je te défie de commander la salade de chou frisé All Hail, c'est incroyable. .”

Sushi-Gen

422 E 2e Rue
Los Angeles, Californie 90012

Situé à Little Tokyo Downtown, c'est le cinquième restaurant le mieux noté selon Yelp. Sushi-Gen a reçu 1 808 avis sur ses plats authentiques. Yelper Chris A. a dit : « Le poisson est toujours frais et le toro est à tomber par terre », et Yelper C.N. s'extasie sur la soupe miso en disant: "Soupe Calm / Miso" excellente saveur et équilibre.

Shelby est originaire du comté d'Orange et rédactrice indépendante pour plusieurs magazines et sites Web à Los Angeles et dans le comté d'Orange. On peut la trouver en train d'écrire quotidiennement sur les événements les plus chauds sur le blog OC Mom ou sur Twitter @OCMomBlog.


9 meilleurs restaurants de sushis dans la région de Long Beach, prêts à emporter et à livrer

Depuis que les sushis sont passés du domaine de l'exotisme culinaire à l'objet de désir cognoscenti à la fin des années 1970, ils sont devenus la nourriture de choix des branchés et des fast-laners. Et ces jours-ci, pour à peu près tous.

De Teru Sushi et Asanebo à Studio City, à Matsuhisa à Hollywood, à R-23 dans le quartier des entrepôts du centre-ville de LA, aux succursales de Sushi Roku et Katsuya dans toute la ville, être capable de différencier l'anguille de mer et l'anguille d'eau douce a marqué vous en tant que dîner de distinction, quelqu'un dont les papilles gustatives ont dépassé de loin celles des millions de McDonald's.

De plus, les mannequins et les starlettes d'Hollywood aiment ça parce qu'il est riche en protéines et faible en calories. Et les types de studio adorent ça parce que crier sur les chefs est considéré comme une bonne forme - c'est une forme de thérapie culinaire, avec un chasseur de saké.

And in these hard times, it’s also a joy to order takeout from the many options around town. Ranging from impossible-to-get-into hype trendies like N/Naka (which offers a $38 bento box, about one-tenth the price of dinner there!), to funky, downhome, eccentrically named sushi roll joints, where every dish is packed with tempura and Sriracha and other American twists not found in Tokyo.

I love takeout sushi. I found monster amounts of pleasure with the bento boxes sold in the train stations of Japan — elegant, joyous, fun bits of art, with beautiful wrapping, and food within so perfect that you hesitate to eat it. But of course, you do.

I recognize there are folks who worry about the healthiness of eating raw fish — especially raw fish delivered from a restaurant where you’re not actually seeing the preparation at the sushi bar. It’s a chance I’m willing to take, oh ye of little faith. The goodness of this takeout sushi transcends my worries. They make my plague imprisonment if not tolerable, at least bearable.

The choices are many, but these are some of my most trusted favorites:

Bai-Plu Thai Cuisine & Sushi Bar

2119 N. Bellflower Blvd., Long Beach 562-343-2651, www.baipluthaiandsushi.com

Bai-Plu Thai Cuisine & Sushi Bar is the restaurant equivalent of a Reese’s peanut butter cup — a combination of two of my favorite things, in one pretty foil wrapper. I’ve been mad for chocolate and peanut butter, probably since birth. I’ve loved sushi since it became a cult favorite for foodies back in the 󈨊s.

At about the same time, we fell in love with Thai cooking that wasn’t just a variant on Chinese. Having dishes from both cuisines on the table — that’s just fine! And I’m happy to have some mee krob and chicken satay. But what I really like here are the exotic rolls. If you’ve been wondering what a Jalapeño Bomb might be, it’s a deep-fried jalapeño stuffed with spicy tuna and cream cheese.

And, of course, we need to be helped with any number of the more than 40 Special Rolls — that a Playboy Roll is shrimp tempura, avocado and cucumber topped with with tuna, “crunchy flakes” and eel sauce is not easily guessed at. Neither, for that matter, are the components of a Rocky Roll, a Sweet Girl Roll, a Lakers Roll, a Godzilla Roll or any number of other bits of fancy roll exotica. But then, Bai Plu takes pride is slathering their menu with exotica, or at least exotic references.

There are two pages of Thai dishes referred to as The Wild Things. Why some dishes are “Wild Things” and others are “Appetizers” is a bit of a mystery — except the apps seem to be smaller than the wilds. Je pense. And though I understand the beef jerky and pork jerky — both properly spicy Thai dishes — being wild, the wildness of orange chicken and honey duck is a puzzle.

Fusion Sushi

6415 E. Spring St., Long Beach 562-429-8818, www.fusionsushi.com

Like many seriously committed sushi lovers, I’ve seen my taste in sushi slowly evolve over the years from a simple lozenge of rice, topped with a slice of fish, to highly ornate, even Byzantine exotic specialty rolls, with a kitchen full of ingredients…and the fish and rice largely overwhelmed by an excess of tempura crispies, Sriracha sauce, eel sauce, avocado, cucumber, cream cheese, mayonnaise — the list goes on.

I’m not complaining — I like special rolls. And there’s possibly no local sushi bar with a more encyclopedic, zany, over-the-top collection of sushi rolls than Fusion Sushi — page after page of Fusion Specials, Chef Special Rolls and Tempura Special Rolls. They have names like the Bora Bora Roll, the Final Fantasy Roll, the Spicy Rock Star Roll and the Disco Shrimp Roll.

Or, you can just order old favorites like tataki maguro (seared tuna), unagi (fresh water eel), hamachi (yellowtail) — and my personal fave rave, uni (sea urchin) — tasting of the sea, and rarely found in sushi rolls.

As a special treat, I went for the sashimi salad, which is if anything even healthier — chunks of raw fish atop a salad, rather than rice. Life is short, and every bite should count. And anyway, since I don’t order the rolls with French fries, I’m living a righteous existence. All brown rice and no tempura crispies make Jack a dull boy.

Goyen Sushi & Robata

4905 E. 2nd St., Long Beach (Belmont Shore) 562-434-5757, goyensushilb.com

There are more than 40 special rolls on the menu, which should keep any fan of our SoCal take on sushi busy for many visits. Some are familiar — like the Rainbow Roll (a California Roll topped with tuna, salmon, albacore, escolar and shrimp) and the Spider Roll (soft shell crab and crab meat, wrapped with “tempura crunch”). And if you feel the need to go a bit odd, there’s the Love Love Roll, which is a California Roll wrapped in baked salmon and smelt eggs. And the Sunkist Roll, which the name to the contrary is not made of orange juice, but of spicy crab and asparagus, with salmon shrimp and avocado.

Why is a roll of spicy tuna and avocado a 911 Roll, and shrimp tempura with spicy tuna and crab meat a Bikini Roll? Darned if I know. But when I’m in the middle of a Sushi Roll Feeding Frenzy in my living room with family and no face masks, I don’t give it that much thought.

I Luv Sushi

I do love sushi and, yes, bunky, there is much to love at I Luv Sushi. Perhaps as an appetizer, the The Musketeers, who in this case turn out to be seaweed salad, calamari salad and baby octopus. Or the tuna poke or the baked green mussels. And how about the pleasure of ordering something called a “Pocket Monster” — snow crab, shrimp and cream cheese, wrapped in soy paper and deep-fried. That’s different. All of which leads us into the two dozen nigiri sushi rolls, and almost as many sashimi orders. Add on another two dozen hand rolls, and cut rolls.

Ultimately, we come to 44 Special Rolls, with special roll names like Yellow Submarine, Smokey & the Bandit, Spicy Girl and Sexy Girl. Why “girl”? Darned if I know. But there they are. And they sure taste good when you get them home, and dig in on your couch. (And do take not that I Luv Sushi has a spinoff, called

I Luv Sushi Too

This spinoff is pretty much the same, but bringing the “luv” to a different community.

With in-person dining at sushi restaurants not possible for the time being, sushi for takeout and delivery is the next best thing. Here, spicy tuna crispy rice is made with fried sushi rice topped with spicy ahi tuna, sweet soy and avocado mousse. (File photo by Paul Rodriguez)

Rolled sushi and spring rolls in a variety of options are available for takeout and delivery from local sushi restaurants. (File photo by Sarah Reingewirtz)

From left are tuna, albacore, salmon, halibut and seared yellowtail sushi. (File photo by Cindy Yamanaka)

Tuna is a popular sushi ingredient, as it is here with the Tuna Tower. (File photo by Sam Gangwer)

OHO Sushi Studio

4917 E. Pacific Coast Hwy., Long Beach 562-498-9008, www.ohosushi.com

The massive menu at the Studio says they “add a Thai Kick” to their food. Though without a detailed analysis, you wouldn’t notice it it’s not as if there’s pad Thai and pad see ew on the menu but there sure are a lot. And when it comes to the rolls, probably more than you can get to in, if not a lifetime, at least till the end of the current “inconvenience.”

There are 14 sashimi options. A dozen sushi & sashimi “specialties.” Two dozen nigiri sushi. Some 60 hand rolls and cut rolls. And nearly four dozen Special Rolls. Monkey Roll anyone? Wolverine Roll? And why would anyone name a combo the Unpopular Roll? It consists of albacore tempura topped with avocado. “Unpopular”? Sounds like it should have lots of friends. At least among the other rolls.

5260 E. 2nd St., Long Beach 562-439-1950

If you’re going to contemplate the exotic roll menu at Sushi Ai (“Fresh, Baked & Tempura,” says the menu), it’s good to have a cold one well in hand. And perhaps a second cold one on the way. For, not counting daily specials and more standard rolls (and the fact that the Philadelphia Roll is standard speaks volumes), there are 56 special rolls on the menu. There is, for instance, a tempuraed California Roll, topped with spicy tuna, cream cheese and a crispy lotus root that’s been honored as a Super Mario Roll.

The Mexican Roll is a south of the border creation thanks to the presence of avocado, and spiced baby lobster. There’s a Stinky Roll, which isn’t stinky at all — it’s a California Roll with albacore and avocado, and a middling amount of garlic, which I guess is the stinky part. And, of course, an El Pollo Loco Roll got its name from the spicy chicken strips layered atop a California Roll.

And then, there are the quirky ingredients that appear in some of the rolls. There’s peanut sauce in the Nutty Professor Roll American cheese (and peanut sauce) in the Double Cheezy Roll pineapple and mozzarella in the Pina Langostino Roll and a fried tortilla in the Yellow Rattlesnake Roll. Did I mention the spray of crunchy potato straws atop the Typhoon Crunch Roll? I have now.

I’m also glad the Hawaiian Roll isn’t made with pineapple or Spam — it’s a California Roll with tuna and avocado. Cream cheese in a roll is hard enough to bear. Pineapple would be just too much.

Sushi Kinoya

5521 E. Stearns St., Long Beach 562-598-8169

You can go here for modern Japanese restaurant classics like marinated octopus salad with pickled cucumber, gyoza and baked green mussels. There are bento boxes for lunch, with chicken, beef and salmon teriyaki. There’s a sushi and sashimi list — two dozen of the former, 10 of the latter. They make a reliable California Roll, and very good crispy rice with a hearty dollop of spicy tuna on top. But then, there are the lists of special rolls, and lots of them, broken down (somewhat arbitrarily) into Rockin’ Sushi, Baked Sushi, Fresh Fish Rolls and Tempura Rolls.

Does the Rockin’ Sushi rock? Well, it sure is fun to eat, that’s for sure. And the names — and the ingredients — roll off the tongue with more than a bit of roguish glee. There’s a Hot Night Roll and a Noche Caliente Roll, which sound like the same thing, except one is made with spicy tuna, and the other with spicy crab. The Crazy Crab Roll is crab and avocado, deep-fried to crazy crispness. Ditto the Crazy Spicy Tuna Roll, except with tuna instead of crab. The Yummy Crunch Roll is inside a fried wonton skin. The Mango Salmon Roll is just what it says it is — mango on sushi? Ditto the LA Steak Roll, which is made with beef short rib. This is not what might be called traditional. I guess “rockin’” is the word. But there’s a certain purity here — even if the rolls can be a bit outré. But outré within bounds.

At Sushi Kinoya, the motto is: “We roll happiness.” Yup…they sure do.

Once again, the largest section of the menu is dedicated to “Special Rolls.” And they are, indeed, very special. In the current style, the menu description tells us what’s on the inside — and what’s on the outside.

(Those of us who have been eating sushi since the beginning remember when a roll was, well, a roll. A Happy Fish Roll [I made that up] would have been seared tuna and spiced tuna and grilled shrimp, wrapped in seaweed. Period. Now, there are layers within layers. It gets very complex. Oh, and names back then were a lot simpler. A whole lot.)

And so, for instance, we find a Sexy Girl Roll, with shrimp tempura and jalapeño on the inside, and avocado on the outside. The Candy Cane Roll is blue crab within, tuna and yellowtail without. The American Dragon Roll is shrimp tempura, spicy shrimp and krab inside, and eel outside. No wonder the chefs yell all the time — the stress of getting those right must be trying. Though the truth be told, there’s probably lots of room for latitude in the preparation. I suspect ingredients can be switched around, and few (if any) will complain. At 39 Degrees, we’re all too busy eating.

For those in need of proper Japanese restaurant entrees, there are various teriyakis, shioyakis, katsus, tempuras and hibachi dishes. There’s a combo called the Ultimate Trio (a bit over the top, but still…) of chicken teriyaki, tempura and sushi. There’s a Sashimi Platter and a Sushi Platter. But for those of us who just want to have fun, there are the Special Rolls. It’s a treat just to say them — Smokey & The Bandits, Mr. Bean, Green Machine, Shroom Shroom. The more sake you drink, the more fun they are to say. And to eat. And the more the stuffed sumo seems to be smiling. This is 39 Degrees…of happiness.


Partager All sharing options for: Watch: Which Sushi Maker Creates the Best Roll?

The art of sushi making can be challenging, and takes time and practice to master. In this episode of The Kitchen Gadget Test Show, host Esther Choi reviews two sushi makers that promise to replace the traditional bamboo mat and create the perfect roll every time — no prior sushi making experience needed.

Up for review are the $9.98 Perfect Roll Sushi Maker and the Sushi Bazooka, which comes with $6.98 price tag. Both gadgets are tested for usability, the final look of the finished sushi, and how tightly the nori is rolled. “If it’s too tight, then your nori will rip and it’ll burst,” says Choi, chef and owner of restaurants Mokbar and Ms. Yoo in New York City. “And then if it’s too loose, all the ingredients in the middle will fall apart and it’ll be hard to cut.”