Nouvelles recettes

L'USDA retire sa politique sur le bien-être de la volaille et du bétail biologiques certifiés

L'USDA retire sa politique sur le bien-être de la volaille et du bétail biologiques certifiés



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le ministère de l'Agriculture des États-Unis (USDA) a annoncé la décision de retirer une règle proposée qui aurait augmenté la réglementation fédérale du bétail et de la volaille pour les producteurs et les manutentionnaires « certifiés biologiques ». La proposition relative aux pratiques biologiques pour l'élevage et la volaille (OLPP) serait entrée en vigueur le 13 mai 2018, mais a été rejetée après deux séries de commentaires publics et ce que l'USDA a qualifié d'« examen attentif ».

Dans le cadre de l'OLPP, qui a été finalisé sous l'administration Obama en 2016, les producteurs biologiques auraient été tenus de fournir aux animaux un accès quotidien aux zones extérieures avec de la végétation et de la terre et de laisser suffisamment d'espace intérieur pour les poulets de chair et les pondeuses. La mue forcée - dans laquelle les volailles sont affamées pendant une à deux semaines afin d'augmenter la production d'œufs - aurait également été interdite, et des limites auraient été établies pour le confinement à l'intérieur, l'utilisation de lumière artificielle et la quantité d'ammoniac utilisée à l'intérieur.

La décision évite également d'imposer de nouvelles réglementations sur les conditions de transport du bétail et de la volaille biologiques vers la vente ou l'abattage ou sur les modifications physiques, comme le débecquage des poulets ou l'amarrage des queues de vache.

L'USDA a noté des « problèmes politiques et juridiques importants » qui ont été identifiés après la publication de la politique en janvier 2017. L'USDA affirme que la règle dépasse son autorité statutaire et que les modifications apportées aux réglementations existantes pourraient avoir un effet négatif sur la participation volontaire au National Organic. Programme, y compris les coûts réels pour les producteurs et les consommateurs.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré le sous-secrétaire du programme de marketing et de réglementation de l'USDA, Greg Ibach, dans un communiqué. « La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Beaucoup sont mécontents de cette décision et se demandent pourquoi l'administration Trump a choisi d'aller à l'encontre des restrictions qui garantiraient un traitement humain.

Qu'y a-t-il de mal à traiter les animaux avec humanité ?

– Tracy Philips (@TracyAnnPhilips) 12 mars 2018

« Cette administration sait-elle vraiment comment faire les choses ? Ils sont assez bons pour faire reculer une législation positive. Honteux », a déclaré @lkclaus sur Twitter.

Cette administration sait-elle vraiment comment faire les choses ? Ils sont assez bons pour faire reculer une législation positive. Honteux.

– Linda Claus (@lkclaus) 12 mars 2018

« Juste au moment où vous pensez que Trump ne peut pas être pire, il va faire quelque chose comme ça. Dieu nous garde de traiter les créatures vivantes avec un niveau de compassion de base », a écrit @ Glenn72196317.

Juste au moment où vous pensez que Trump ne peut pas être pire, il va faire quelque chose comme ça. Dieu nous en préserve, nous traitons les créatures vivantes avec n'importe quel niveau de compassion de base.

– Glenn (@Glenn72196317) 12 mars 2018

Et certains envisagent même de repenser leur alimentation.

« Cela me donne encore plus envie de redevenir un #vegan maintenant. #plantbased #ecoforward », a déclaré @ StaceyLScott8.

Selon The Hill, l'Organic Trade Association prévoit de modifier une plainte contre l'USDA à partir de septembre concernant l'échec du département à mettre en œuvre la règle proposée.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré la PDG et directrice exécutive du groupe, Laura Batcha, dans un communiqué. «Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit rejetée ; maintenant, ils ont annoncé qu'ils abrogeaient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »

Les réglementations relatives au bien-être animal et à l'étiquetage biologique sont depuis longtemps une source de débat. Certaines entreprises ont répondu par des initiatives visant à améliorer la transparence dans l'approvisionnement en ingrédients, y compris McDonald's, qui a récemment créé une nouvelle politique qui obligerait les fournisseurs à abattre leurs poulets de manière plus humaine. Pour plus d'informations sur McDonald's, voici 11 choses que vous ne saviez pas sur la marque de restauration rapide.


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étirer leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étirer leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étendre leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


L'USDA retire la règle sur le bien-être animal

Le ministère de l'Agriculture (USDA) a annoncé lundi qu'il retirait officiellement la règle finale qu'il avait retardée pour la troisième fois en novembre. L'agence a déclaré que la règle, qui devait entrer en vigueur en mai, dépassait les pouvoirs statutaires du département et aurait pu avoir un effet négatif sur la participation volontaire au programme biologique national.

"Les solides réglementations existantes sur le bétail et la volaille biologiques sont efficaces", a déclaré Greg Ibach, sous-secrétaire à l'Agriculture pour les programmes de commercialisation et de réglementation, dans un communiqué.

« La croissance continue de l'industrie biologique aux niveaux national et mondial montre que les consommateurs font confiance à l'approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manipulateurs biologiques. »

Finalisée sous l'administration Obama en avril 2016, la règle dictait en grande partie comment les producteurs et les gestionnaires participant au programme biologique national devaient traiter le bétail et la volaille pour assurer leur bien-être.

La règle stipulait, par exemple, que les volailles devaient être logées dans des espaces suffisamment grands pour que les oiseaux puissent se déplacer librement, étirer leurs ailes, se tenir debout normalement et adopter des comportements naturels. Le bétail, quant à lui, doit avoir accès à un espace extérieur toute l'année.

En retirant la règle finale, l'USDA a déclaré que son service de commercialisation agricole n'avait que le pouvoir du Congrès de réglementer les aspects des soins aux animaux liés à l'ingestion ou à l'administration de substances non organiques.

L'Organic Trade Association (OTA), qui a d'abord porté plainte contre l'USDA devant le tribunal de district américain du district de Columbia en septembre pour l'échec du département à mettre en vigueur la règle sur les pratiques en matière d'élevage et de volaille biologiques, a déclaré lundi qu'elle prévoyait de modifier son plainte.

"L'action déraisonnable de l'USDA ne nous dissuade pas", a déclaré Laura Batcha, PDG et directrice exécutive du groupe, dans un communiqué.

«Nous allons continuer notre combat devant le tribunal. L'USDA a demandé que cette affaire soit classée maintenant qu'ils ont annoncé qu'ils retiraient la règle. Mais ce problème ne disparaîtra pas. Cette dernière action de l'USDA ne fera que revigorer et solidifier davantage de soutien à cette réglementation. »


Voir la vidéo: DEVIS ou PLAN délevage pour une bande de 1000 sujets. (Août 2022).